QuelquesFilms.com

Présentation du film

Titre françaisÀ la recherche de Vivian Maier
Titre originalFinding Vivian Maier
Résumé En 2007, John Maloof prépare un livre sur un quartier de Chicago et cherche des photos pour l'illustrer. Il achète aux enchères un carton rempli de négatifs, y trouve de superbes clichés de rue, mais pas ce qu'il veut. Le carton est rangé puis ressorti deux ans plus tard. Maloof apprend alors que l'auteur de ces clichés, Vivian Maier, parfaite inconnue, vient de décéder. Il acquiert d'autres de ses biens et met au jour l'oeuvre insoupçonnée, pléthorique et magnifique d'une nounou "excentrique".
ActeursJohn Maloof, Joel Meyerowitz, Mary Ellen Mark, Phil Donahue, Tim Roth
Réalisateur(s)JOHN MALOOF et CHARLIE SISKEL
Critique ** L'histoire, étonnante, fait écho à celle d'un autre documentaire, Sugar Man, pour le côté "reconnaissance tardive et miraculeuse" d'un artiste de l'ombre. Mais à l'inverse de Sixto Rodriguez, le "héros" de Sugar Man qui avait voulu percer dans la chanson sans succès (sauf dans un coin isolé du monde...), Vivian Maier, photographe amateur, ne s'est jamais positionnée en artiste et n'a jamais cherché à rendre son oeuvre publique... Voilà qui pose, de façon intense et troublante, la question de la définition de l'art et de l'artiste par rapport aux notions d'intentionnalité, de diffusion et de reconnaissance. Cette question n'est malheureusement pas approfondie ici, mais elle constitue, en filigrane, l'un des intérêts de ce documentaire. Documentaire présenté, comme Sugar Man, sous la forme d'un conte moderne et d'une enquête pour exploiter le potentiel dramatique de la découverte d'un "trésor caché" et d'une personne qualifiée par ceux qui l'on connue de "secrète", "mystérieuse", "excentrique".
John Maloof, réalisateur du film et heureux détenteur de l'oeuvre de Vivian Maier, se met en scène lui-même dans la reconstitution de cette découverte : l'acquisition des volumineuses affaires personnelles de Vivian Maier, l'énorme travail de tri et de classement, le développement et la numérisation de quelque 100 000 photos et films, l'archivage, la promotion de cette oeuvre inconnue... On le suit également dans ses tentatives pour connaître l'histoire et la personnalité de Vivian Maier, via une série d'interviews de celles et ceux qui l'ont côtoyée (essentiellement des personnes qui l'ont employée comme nounou - sa profession), via également un voyage en France pour retrouver ses origines. La forme de ce documentaire est ainsi plutôt classique et convenue, très calculée pour être efficace narrativement (et elle l'est), à défaut de chercher la singularité esthétique. C'est l'histoire qui captive. L'histoire d'une femme qui va de famille en famille pour garder des enfants. Nounou attachante pour les uns, dingue voire violente pour les autres. Nounou pas comme les autres en tout cas, toujours son Rolleiflex autour du cou, captant quotidiennement, avec une sensibilité et une maîtrise technique remarquables, le monde qui l'entoure, sa tendresse et sa souffrance, son étrangeté et sa folie. Captation souvent à la dérobée. Vivian Maier se définissait "un peu comme une espionne". Et comme une espionne, elle a joué avec son nom et son identité, tout en jetant un voile opaque sur son histoire personnelle et celle de sa famille. Ce voile n'est pas levé par l'enquête du documentariste. Et c'est mieux ainsi. Par respect pour elle. Et pour rester dans l'esprit de ses photos, entre ombre et lumière.
Enfin, au-delà de l'histoire singulière de cette femme, le documentaire vaut aussi le coup d'oeil pour une autre histoire, celle de la rencontre de deux obsessions : l'obsession de Vivian Maier qui, par son désir permanent de photographier ou de filmer, mais aussi par son souci de tout conserver (journaux, factures et autres objets du quotidien) s'était lancée dans une sorte de recensement compulsif de son monde, de son époque, et l'obsession de John Maloof qui a plongé dans l'oeuvre et la vie de Vivian Maier avec un intérêt (probablement dans tous les sens du terme) et un engagement jusqu'au-boutistes et fétichistes, allant jusqu'à retrouver le village d'enfance de l'artiste en comparant une photo de clocher avec des milliers de photos de clochers trouvées sur Internet... Vive les idées fixes !

Frédéric Viaux (film vu le 12/07/2014 sur grand écran)

Bande-annonce ou extrait

Laissez votre commentaire sur ce film

Votre avis sera publié après soumission à modération.

Nom ou pseudo : (*)
Email :
Votre avis :
(*)
Il vous reste caractères
Code de sécurité :
lettrelettrelettrelettre
(*)
(*) Zones obligatoires