QuelquesFilms.com

Présentation du film

Titre françaisMommy
Titre originalMommy
Résumé Diane Després reprend en charge son fils, Steve, viré d'un centre pour ados difficiles, après avoir incendié l'un de ses "camarades"... Dans le même temps, elle perd son job de rédactrice dans un magazine. Mère et fils se retrouvent sous le même toit et leur hypernervosité fait des étincelles. Le père est mort trois ans plus tôt. Diane tente de faire face à la dèche et à l'impulsivité de son fils. Elle reçoit le soutien inattendu d'une voisine, prof en congé sabbatique, en plein blocage...
ActeursAnne Dorval, Antoine-Olivier Pilon, Suzanne Clément, Patrick Huard, Alexandre Goyette, Michèle Lituac
Réalisateur(s)XAVIER DOLAN
Critique ** À 25 ans, Xavier Dolan semble déjà tout connaître des ficelles dramatiques du cinéma. Passionné, malin, un rien manipulateur d'émotions, il a fait de son cinquième long-métrage un mélodrame fougueux, vibrant, intense. Homme-orchestre, il ne joue certes pas dans son film, cette fois-ci, mais son nom figure au générique pour la réalisation, le scénario, le montage, les costumes et même les sous-titres (français et anglais) ! On reconnaît bien volontiers son talent. Mais on peut aussi s'agacer de son côté "petit génie qui en fait trop". Il en fait trop notamment au début avec une entrée en matière exacerbée en termes d'hystérie, de vulgarité et de violence, où il surexploite un argot québécois très cru et débité façon mitraillette. Il en fait un peu trop aussi, comme d'habitude, en termes stylistiques. Ce n'est pas le roi de l'épure... Parfois, sa virtuosité tourne à l'emphase chichiteuse avec ralentis et autres afféteries. Parfois elle touche juste. Et là, ça peut devenir très inspiré et puissant. Sa plus belle inspiration tient certainement dans l'utilisation d'un format 1:1, très carré, très serré sur des personnages qui étouffent dans le cadre comme dans leur vie ; format qui s'élargit quand ces personnages respirent plus librement, quand ça va mieux pour eux dans la réalité ou en rêve. Xavier Dolan sait également utiliser quelques tubes populaires (de Céline Dion, Dido ou Andrea Bocelli), qui collent socialement aux personnages, pour soutenir ou booster son récit. Enfin, c'est un bon directeur d'acteurs ; il permet ici à son trio d'acteurs principaux de briller (mention spéciale aux actrices Anne Dorval et Suzanne Clément, formidables). Pour le reste, c'est-à-dire le fond de l'histoire, on marche plus ou moins selon sa sensibilité à ce type de mélodrame névrotique, qui accentue les thématiques de l'attachement oedipien, de l'autodestruction... On gardera en tout cas une image forte, à la fin : celle du personnage interprété par Anne Dorval, "Mommy", qui refuse de pleurer avec une rage aussi impressionnante qu'émouvante.
Festival de Cannes 2014 : Prix du jury (ex aequo avec Adieu au langage, de Jean-luc Godard).
César 2015 du meilleur film étranger.

Frédéric Viaux (film vu le 09/10/2014 sur grand écran)

Bande-annonce ou extrait

Laissez votre commentaire sur ce film

Votre avis sera publié après soumission à modération.

Nom ou pseudo : (*)
Email :
Votre avis :
(*)
Il vous reste caractères
Code de sécurité :
lettrelettrelettrelettre
(*)
(*) Zones obligatoires