QuelquesFilms.com

Présentation du film

Titre françaisMagic in the Moonlight
Titre originalMagic in the Moonlight
Résumé Berlin, 1928. Dans les coulisses de son spectacle de prestidigitation chinoise, Stanley Crawford, alias Wei Ling Soo, reçoit la visite d'un ami, lui aussi magicien, qui réclame son expertise pour prouver l'imposture d'une médium ayant obtenu les faveurs de quelques mondains dans le sud de la France. Stanley accepte de le suivre et entend honorer sa réputation de "chasseur de faux spirites". Mais la science et la beauté de cette médium vont semer un trouble dans son esprit très rationnel...
ActeursColin Firth, Emma Stone, Simon McBurney, Eileen Atkins, Hamish Linklater, Jacki Weaver, Marcia Gay Harden, Jeremy Shamos, Erica Leerhsen, Catherine McCormack, Lionel Abelanski, Ute Lemper
Réalisateur(s)WOODY ALLEN
Critique ** Magic in the Moonlight contraste avec le précédent opus de Woody Allen, Blue Jasmine, assez désagréable et socialement caricatural. Le réalisateur revient à une veine plus légère et plaisante. Et ne cède qu'à une caricature, celle de son propre cinéma... Avec un certain bonheur, il est vrai. On retrouve ainsi dans ce film de nombreux thèmes fétiches du cinéaste : la magie et les magiciens (comme dans Alice, Le Sortilège du scorpion de jade, Scoop...), l'escroquerie mais pas trop, la misanthropie, la psychanalyse, Dieu et le sens de la vie, l'humour et le romantisme malgré tout. On reconnaît encore Woody Allen (et son autodérision) derrière le personnage principal incarné par Colin Firth, intello bavard, râleur, cynique, arrogant, "pessimiste rationnel ennuyeux". Et on devine facilement le chemin que va prendre cette comédie. Pas de surprise, donc, mais tout fonctionne savoureusement et malicieusement. Le petit jeu de manipulation est bien ficelé, le rythme est alerte, les dialogues brillent par leur causticité et leur drôlerie décalée (notamment lors d'une conversation jubilatoire entre le personnage de Stanley et sa tante, vers la fin du film). Le tandem Colin Firth/Emma Stone ne manque pas de charme (malgré une sacrée différence d'âge). L'ambiance jazzy des années 1920 et la lumière magnifiquement travaillée par le chef op' Darius Khondji ajoutent au plaisir. On navigue ainsi entre élégance à la Fitzgerald et Lubitsch'Touch. Il y a aussi deux cerises sur le gâteau, rafraîchissantes : deux idées joliment exposées, l'une sur la magie des sentiments, l'autre sur le pouvoir de l'illusion qui aide à vivre et pourrait même rendre heureux (si, si). On songe à La Rose pourpre du Caire, par exemple, mais aussi à toute la carrière de Woody Allen, à cette boulimie de tournages qui ne semble dire qu'une chose : le bonheur est dans la fiction.

Frédéric Viaux (film vu le 22/10/2014 sur grand écran)

Bande-annonce ou extrait

Laissez votre commentaire sur ce film

Votre avis sera publié après soumission à modération.

Nom ou pseudo : (*)
Email :
Votre avis :
(*)
Il vous reste caractères
Code de sécurité :
lettrelettrelettrelettre
(*)
(*) Zones obligatoires