QuelquesFilms.com

Présentation du film

Titre françaisEn dirigeable sur les champs de bataille
Titre originalEn dirigeable sur les champs de bataille
Résumé Aux mois d'août et de septembre 1919, un dirigeable de la Marine française a survolé des territoires belges et français marqués par la Première Guerre mondiale. Entre Nieuport et Reims, des opérateurs de prises de vue, embarqués à bord, missionnés par le banquier et mécène Albert Kahn, ont ainsi filmé des paysages dévastés, des villes et des villages en ruine. Témoignage d'une destruction massive et d'une vie qui reprend timidement ses droits.
ActeursJacques Trolley de Prévaux
Réalisateur(s)LUCIEN LE SAINT et CAMILLE SAUVAGEOT
Critique ** En dirigeable sur les champs de bataille est moins un documentaire qu'un document. Un document rare et précieux, sorti des archives du musée Albert-Kahn, restauré et rediffusé à l'occasion du centenaire du début de la Première Guerre mondiale, alors qu'il était invisible depuis les années 1920. Pas d'auteur à proprement parler pour ce film, mais des opérateurs de prises de vue, parmi lesquels Lucien Le Saint et Camille Sauvageot, et des pilotes, parmi lesquels Jacques Trolley de Prévaux, qui venait de participer à cette guerre et participera à la suivante, où il perdra la vie, fusillé avec sa femme par les nazis en 1944.
Commandité par Albert Kahn pour enrichir son fonds photographique et filmique (l'un des plus importants du début du XXe siècle), ce film dresse un état des lieux d'après-guerre qui a, par ailleurs, dû servir aux autorités françaises dans leurs négociations avec l'Allemagne pour évaluer les réparations demandées.
En dirigeable sur les champs de bataille permet une prise de conscience, sur une grande échelle et avec une hauteur de vue unique, des ravages causés par la guerre de 1914-1918. C'est la première qualité de ce témoignage concret et sans artifice, dont les premières bobines font forte impression. À l'écran : des édifices en ruine (notamment d'imposantes églises et cathédrales), des champs lunaires parsemés de cratères d'obus, des tranchées en zigzag qui ressemblent à des cicatrices boursouflées, des routes et des chemins déserts qui dessinent des lignes droites ou brisées, tableaux graphiques de territoires meurtris. Et de-ci, de-là, une charrette, une voiture, quelques groupes humains épars, comme perdus dans une immensité dévastée, quelques signes d'une vie qui repart doucement, quelques signes d'une réappropriation lente des espaces, d'une réorganisation sociale.
En dirigeable sur les champs de bataille est un film d'une gravité planante. Un objet contemplatif à la fois lugubre et lumineux, captant une paix froide et triste qui porte en elle les horreurs d'un passé récent. On aimerait s'arrêter ici et là, regarder plus attentivement tel ou tel édifice, descendre de ballon pour voir ce que font les gens que l'on aperçoit au loin, les entendre parler. Petites frustrations au cours de ce voyage unique qui est aussi, sur la longueur du film et par la répétition de paysages similaires, d'une langueur monotone.

Frédéric Viaux (film vu le 12/11/2014 sur grand écran)

Bande-annonce ou extrait

Laissez votre commentaire sur ce film

Votre avis sera publié après soumission à modération.

Nom ou pseudo : (*)
Email :
Votre avis :
(*)
Il vous reste caractères
Code de sécurité :
lettrelettrelettrelettre
(*)
(*) Zones obligatoires