QuelquesFilms.com

Présentation du film

Titre françaisQuand vient la nuit
Titre originalThe Drop
Résumé Marv, un ancien caïd de la pègre new-yorkaise, tient un bar avec son cousin Bob dans un recoin de Brooklyn. Un bar désormais sous le contrôle d'une mafia tchétchène qui apprécie moyennement le braquage qui a lieu un soir, avant la fermeture. Mais la vie continue. Bob adopte un pit-bull qu'il a trouvé blessé dans la poubelle d'une voisine, se lie avec cette voisine mais s'entend moins bien avec l'ex-petit ami de celle-ci, qui lui réclame 10 000 dollars contre le chien, "son" chien...
ActeursTom Hardy, James Gandolfini, Noomi Rapace, Matthias Schoenaerts, John Ortiz, Michael Aronov, Elizabeth Rodriguez, Ann Dowd, Morgan Spector, Michael Esper, James Frecheville
Réalisateur(s)MICHAEL R. ROSKAM
Critique ** C'est le second long-métrage du Belge Michael R. Roskam, après Bullhead (2011). Et son premier film tourné aux États-Unis. Pour ses débuts outre-Atlantique, il a hérité a priori d'une valeur sûre, un court récit de Dennis Lehane, auteur notamment de Mystic River, Gone Baby Gone et Shutter Island. Le récit s'intitule Animal Rescue et l'écrivain l'a lui-même transformé en scénario. Roskam a par ailleurs emmené dans ses bagages son acteur fétiche, Matthias Schoenaerts, qui se retrouve associé à quelques têtes d'affiche : Tom Hardy, James Gandolfini (dans son dernier rôle) et Noomi Rapace. Casting hétéroclite mais pas inintéressant.
L'histoire tourne autour d'un lieu, d'un personnage et d'un animal. Le lieu, c'est un bar qui devient un dépôt ("the drop" en version originale), lieu de collecte et de transit d'un argent "sale" destiné à la mafia locale. Le personnage central, c'est Bob, un barman peu bavard et apparemment simplet. Et l'animal, c'est un chien, objet d'attention, de réunion, de conflit. Cette histoire navigue entre un présent tendu et un passé que l'on devine pas très net. Le puzzle narratif se reconstitue progressivement, en prenant quelques chemins de traverse. L'interprétation est assez convaincante. La réalisation rend bien un univers nocturne, plombé par une violence latente ou explosive, dans une tonalité qui rappelle le cinéma de James Gray (The Yards, La Nuit nous appartient) ou de David Cronenberg (A History of violence, Les Promesse des l'ombre). Bonne facture d'ensemble, donc. Dommage cependant que la narration, faute d'originalité sur le fond et de variation de rythme, ne décolle jamais vraiment. Ce n'est pas l'intrigue la plus captivante imaginée par Lehane. Et Roskam n'y imprime probablement pas assez sa patte. Alors certes, on suit l'histoire sans déplaisir, mais sans grande passion non plus... Au final, Quand vient la nuit s'avère un film honnête, correct, sans être mémorable ni indispensable.
Prix du scénario au festival de San Sebastián 2014.

Frédéric Viaux (film vu le 21/11/2014 sur grand écran)

Bande-annonce ou extrait

Laissez votre commentaire sur ce film

Votre avis sera publié après soumission à modération.

Nom ou pseudo : (*)
Email :
Votre avis :
(*)
Il vous reste caractères
Code de sécurité :
lettrelettrelettrelettre
(*)
(*) Zones obligatoires