QuelquesFilms.com

Présentation du film

Titre françaisMr. Turner
Titre originalMr. Turner
Résumé Les vingt-cinq dernières années du peintre Turner : sa vie à Londres aux côtés de son père, qui lui sert d'assistant, et de sa servante, qui lui sert d'exutoire sexuel ; ses relations agacées avec une ancienne maîtresse et ses deux filles jamais reconnues ; ses voyages en Europe et sur la côte anglaise, à l'origine de ses fameuses marines ; son génie de la lumière ; sa rencontre avec Mrs. Booth qui deviendra sa compagne ; ses railleries à l'égard de l'Académie des arts et de la critique...
ActeursTimothy Spall, Marion Bailey, Dorothy Atkinson, Paul Jesson, Ruth Sheen, Lesley Manville, Martin Savage, Joshua McGuire, David Horovitch
Réalisateur(s)MIKE LEIGH
Critique * Le plus beau et le plus original, dans ce film qui est l'un des moins bons de Mike Leigh, pourtant habitué à une certaine constance dans la qualité, c'est peut-être le générique du début, où des volutes de fumée laissent apparaître progressivement une toile de Turner, avec sa lumière diffuse et ses contours indécis. Au rayon des beautés plus "attendues", il y a la reconstitution historique, avec ses décors et ses costumes XIXe très soignés, et bien sûr la reconstitution de scènes, marines ou autres, en écho aux oeuvres du maître. Le travail photographique du chef op' Dick Pope est souvent très bon, à l'exception d'une ou deux prises de vue (notamment lors de la balade en barque) où l'image numérique paraît vraiment artificielle.
Mais le spectacle qui domine dans ce film, et qui le "bouffe", c'est surtout celui d'un Timothy Spall grognant et grimaçant à n'en plus finir. Une prestation "hénaurme", peut-être conforme à la réalité d'un homme bestial et peu aimable, mais franchement lassante et d'autant plus dommageable qu'à force de polariser l'attention, elle nous "sort" souvent du film... On ne s'attendait pas forcément à découvrir un Turner à mi-chemin entre le moine Salvatore du Nom de la rose et le Chewbacca de Star Wars. Timothy Spall (Prix d'interprétation à Cannes) est un grand acteur, c'est sûr, mais là il en fait quand même beaucoup, comme si Mike Leigh l'avait laissé en roue libre, répétant en boucle une même composition porcine...
Sur le fond, le réalisateur a nourri son propos d'éléments biographiques et artistiques, présentés de façon morcelée : quelques scènes de vie éparses, malheureusement d'un intérêt inégal. Il y a beaucoup de choses dans ce long, très long récit, sans qu'il paraisse pourtant très consistant ou profond. Les failles du personnage central et globalement sa sensibilité enfouie sous une carapace grossière et répugnante ne sont qu'effleurées et se dissolvent plus ou moins entre deux anecdotes. On ne retrouve pas, hélas, l'acuité et l'intensité vibrante auxquelles Mike Leigh nous avait habitués dans ses films aux sujets contemporains. Par ailleurs, sa réalisation très lisse n'est guère en accord avec le relief du personnage, tout en aspérité et en brutalité. Cette distorsion entre le fond et la forme fait que le film peine à trouver son caractère et l'empêche de s'emballer, de nous emballer aussi. Quelques petits moments d'émotion (face à la souffrance bruyante de Turner en compagnie d'une prostituée ou face à la souffrance muette de sa servante) émergent tout juste d'une broderie digressive et plutôt fastidieuse sur la longueur, qui ne nous apprend finalement pas grand-chose sur l'art du peintre, le vrai sujet intéressant...

Frédéric Viaux (film vu le 07/12/2014 sur grand écran)

Bande-annonce ou extrait

Laissez votre commentaire sur ce film

Votre avis sera publié après soumission à modération.

Nom ou pseudo : (*)
Email :
Votre avis :
(*)
Il vous reste caractères
Code de sécurité :
lettrelettrelettrelettre
(*)
(*) Zones obligatoires