QuelquesFilms.com

Présentation du film

Titre françaisMost Violent Year (A)
Titre originalA Most Violent Year
Résumé New York, 1981. Crimes et corruptions gangrènent une société où la police est dépassée. Défenseur opiniâtre d'un capitalisme honnête et d'une intégrité en affaires, Abel Morales dirige une entreprise de transport de fioul et veut acquérir un terrain stratégique pour son expansion commerciale. Ses camions sont alors régulièrement braqués et volés, un procureur lui cherche des noises, sa banque le lâche. Et sa capacité à protéger sa famille est mise en doute par sa femme, fille de gangster...
ActeursOscar Isaac, Jessica Chastain, Albert Brooks, David Oyelowo, Elyes Gabel, Alessandro Nivola, Glenn Fleshler
Réalisateur(s)J. C. CHANDOR
Critique ** La mise en danger, l'intégrité physique et morale, la résistance face à l'adversité : trois thèmes récurrents dans la petite filmo (pour l'instant) de J. C. Chandor. En trois films (Margin Call, All Is Lost, A Most Violent Year), le réalisateur a su se démarquer du lot commun en cultivant une qualité et un éclectisme qui donnent envie de le suivre. Après la haute finance et la haute mer, il nous plonge dans le chaos new-yorkais des années 1980 avec ce drame tout en violence sourde, drame sombre et sobre, lent mais intense, centré sur une figure d'immigré qui croit au rêve américain, celui de la réussite individuelle, par le droit chemin. Un parangon de vertu dans une Grosse Pomme pourrie jusqu'au trognon. Beau portrait, servi par un excellent Oscar Isaac qui marche dans les pas d'Al Pacino. Avec en contrepoint une Jessica Chastain toujours très juste et très belle. Chandor dirige ses deux acteurs principaux à merveille, fait preuve d'intelligence narrative, d'une grande maîtrise dans sa réalisation, très classe, très classique, qui bénéficie par ailleurs d'un beau travail photographique en matière de clair-obscur. Au cours du récit, on songe aux ombres new-yorkaises décadentes de The Yards (James Gray), aux lenteurs élégantes et puissantes du Parrain (Francis Coppola), à la droiture forcenée de Serpico, le personnage du film éponyme de Sidney Lumet. Un peu moins au style de Scorsese, plus explosif. Au final, Chandor s'accommode fort bien des références du genre pour proposer un thriller à la fois moral, doté d'une belle acuité sociopolitique et d'une belle ambiance pesante. Ne manquent qu'un ou deux éléments retentissants, dans le scénario, pour emballer et transcender l'ensemble.

Frédéric Viaux (film vu le 31/12/2014 sur grand écran)

Bande-annonce ou extrait

Laissez votre commentaire sur ce film

Votre avis sera publié après soumission à modération.

Nom ou pseudo : (*)
Email :
Votre avis :
(*)
Il vous reste caractères
Code de sécurité :
lettrelettrelettrelettre
(*)
(*) Zones obligatoires