QuelquesFilms.com

Présentation du film

Titre françaisFoxcatcher
Titre originalFoxcatcher
Résumé 1987. Trois ans après avoir décroché une médaille d'or aux JO de Los Angeles, le lutteur Mark Schultz mène une vie solitaire et triste entre deux entraînements avec son frère, lui aussi champion de lutte. À sa surprise, il est invité par le milliardaire John du Pont, passionné par son noble sport, qui lui propose de s'installer dans son domaine pour préparer le championnat du monde et les JO de Séoul. Mark accepte, fait honneur à son mécène, mais leur relation devient de plus en plus toxique...
ActeursChanning Tatum, Steve Carell, Mark Ruffalo, Sienna Miller, Vanessa Redgrave, Anthony Michael Hall, Guy Boyd, Brett Rice
Réalisateur(s)BENNETT MILLER
Critique *** Foxcatcher rejoint un étonnant tir groupé de films US (Night Call, Whiplash, A Most Violent Year), datant de 2013-2014, qui dessinent à leur façon un tableau du rêve américain entre ombre et lumière. Où il est question de réussite individuelle, d'ascension et de reconnaissance sociales. Où les personnages sont prêts à payer le prix fort (en argent, en effort, en vertu ou en vice) pour parvenir à leurs fins.
Dans Foxcatcher, les trois protagonistes principaux incarnent chacun une facette de ce rêve américain. Mark Schultz est un beau bébé bodybuildé (mais fragile dans sa tête) qui veut simplement être le meilleur lutteur du monde (comme Rocky dans l'univers de la boxe), en cherchant la reconnaissance et l'affection exclusives d'un mentor : son frère puis le milliardaire. John du Pont est ce milliardaire (égocentrique, mytho et mégalo) qui incarne le pouvoir de l'argent et le patriotisme exacerbé ; il ambitionne de donner du rêve et de l'espoir à l'Amérique par le biais de la gloire sportive, dans une quête de reconnaissance nationale qui cache mal une quête plus intime... et plus pathologique : la reconnaissance de sa mère qui dénigre ses activités et le "castre", la reconnaissance de son "fils de substitution", fils prodigue en plein culte de sa personnalité, qui est également peut-être le vecteur espéré de sa "revirilisation". Enfin, David Schultz, frère de Mark, représente le père de famille, la stabilité et la force protectrice, mais aussi l'art douloureux du compromis (la renonciation à sa reconnaissance de coach sportif, le manque de considération temporaire pour le mal-être de son frère, contre la reconnaissance et la sécurité matérielle de sa famille).
Foxcatcher n'est pas un tableau critique des idéaux US, mais bien un constat amer de leur dévoiement, comme en témoigne la trajectoire du héros : de la pratique noble de la lutte, doublée d'un discours patriote prêché dans les écoles, au combat sauvage où tous les coups sont permis et encouragés par une foule criant "USA ! USA ! USA !". Foxcatcher, c'est aussi évidemment le drame de plusieurs désirs de reconnaissance inassouvis. Et au final le drame d'une Amérique qui se perd en rêvant, dans la confusion de ses motivations profondes.
Les scénaristes E. Max Frye et Dan Futterman, ainsi que le réalisateur Bennett Miller (Truman Capote, Le Stratège...) ont nourri cette réflexion à partir d'une histoire vraie, dont ils ont tiré un récit à la fois intime et ample, en évitant toutes sortes d'écueils démonstratifs ou psychologisants. Ce qui séduit le plus dans ce film élégant et intelligent, c'est son art subtil du non-dit et de l'allusion, sa façon de cerner la complexité et l'ambiguïté des relations humaines (notamment celle possiblement sexuelle entre John du Pont et son protégé, transformé plus ou moins en gigolo), tout en jouant avec des symboles qui donnent à cette histoire des résonances plus larges, psychanalytiques et sociétales. L'ensemble est un maelström intense et troublant d'influences, de désirs possessifs et de frustrations, orchestré par une mise en scène classique et maîtrisée, parfois un peu lente et froide, mais toujours pertinente dans l'expression des rapports de forces, dans la lutte des corps qui porte en elle les troubles émotionnels et psychologiques des personnages.
Le film doit aussi évidemment beaucoup à ses trois interprètes principaux : Channing Tatum, qui a le physique de l'emploi, se montre convaincant dans la pratique même de la lutte et dans son personnage de colosse mal dégrossi et friable ; Steve Carell, méconnaissable après maquillage, impose de façon surprenante une présence mystérieuse, malsaine et pathétique, dans un contre-emploi absolu qui fait oublier ses rôles comiques ; Mark Ruffalo, plus barbu et trapu qu'à l'accoutumée, se révèle très bon dans un registre qui n'est pas forcément le sien non plus, celui de la force tranquille, et fait preuve d'une belle finesse dans certains échanges, particulièrement lors d'une scène d'interview "arrangée", face caméra, remarquable.
Parmi les producteurs associés du film : Marc Schultz lui-même.
Prix de la mise en scène au festival de Cannes 2014.

Frédéric Viaux (film vu le 21/01/2015 sur grand écran)

Bande-annonce ou extrait

Laissez votre commentaire sur ce film

Votre avis sera publié après soumission à modération.

Nom ou pseudo : (*)
Email :
Votre avis :
(*)
Il vous reste caractères
Code de sécurité :
lettrelettrelettrelettre
(*)
(*) Zones obligatoires