QuelquesFilms.com

Présentation du film

Titre françaisInherent Vice
Titre originalInherent Vice
Résumé Los Angeles, début des seventies. Doc Sportello est un détective privé très cool et embrumé par les drogues. Un soir, il voit débarquer chez lui son ex-petite amie, Shasta, devenue la maîtresse d'un magnat de l'immobilier qui serait victime d'un complot ourdi par sa femme et son amant. Elle lui demande d'enquêter. Il va plonger dans un entrelacs d'histoires compliquées avec un groupe néonazi, un mystérieux bateau, un policier qui n'aime pas les hippies, un surfeur-indic, un dentiste déjanté...
ActeursJoaquin Phoenix, Katherine Waterston, Josh Brolin, Owen Wilson, Reese Witherspoon, Benicio Del Toro, Joanna Newsom, Hong Chau, Martin Short, Eric Roberts, Martin Donovan, Jena Malone, Jordan Christian Hearn, Maya Rudolph
Réalisateur(s)PAUL THOMAS ANDERSON
Critique * Adapter Pynchon (pour la première fois au cinéma), c'était audacieux mais presque mission impossible, tant l'oeuvre de l'écrivain est touffue, complexe voire absconse. Paul Thomas Anderson y a vu un projet à la mesure de sa démesure, lui qui a toujours aimé les grands défis originaux. Il y a vu aussi, probablement, l'occasion de compléter le tableau des États-Unis qu'il peint depuis ses débuts. Le cinéaste s'en sort bien dans la reconstitution d'une époque : décors, costumes et BO créent une ambiance qui fleure bon les années 1960-1970. Il trouve également la bonne tonalité pour cette comédie policière pas comme les autres, ce vrai-faux film noir, décalé un peu à la manière de Robert Altman, version sexe, drogue et rock'n'roll. Il trouve surtout un humour étonnant, nouveau dans sa filmographie : petit délire nonchalamment burlesque, tout en situations absurdes et en dialogues de sourd, qui fait écho à la prise de drogues comme au contexte sociopolitique de l'époque (aspirations libertaires, inquiétudes paranos, etc.). On sent enfin la volonté louable d'être fidèle à l'auteur tout en essayant de rendre son univers accessible et digeste à l'écran, notamment en étant sobre visuellement et en introduisant une narratrice, malicieusement baptisée Sortilège. Mais le résultat demeure malgré tout assez nébuleux. On peut accepter de se perdre agréablement dans une suite d'intrigues digressives pendant un temps, mais sur 2 h 30 c'est quand même très long. Et ce, d'autant qu'il n'y a rien sur le fond qui titille suffisamment l'esprit pour l'inviter à rester bien connecté. Inherent Vice a beau être globalement amusant, voire hilarant parfois, il apparaît au final un peu creux et vain. On oubliera vite l'histoire pour retenir quelques prestations réjouissantes (celles de Joaquin Phoenix, Josh Brolin, Owen Wilson) et des retrouvailles sympathiques avec des acteurs des années 1990 (Martin Short, Eric Roberts, Martin Donovan).

Frédéric Viaux (film vu le 12/03/2015 sur grand écran)

Bande-annonce ou extrait

Laissez votre commentaire sur ce film

Votre avis sera publié après soumission à modération.

Nom ou pseudo : (*)
Email :
Votre avis :
(*)
Il vous reste caractères
Code de sécurité :
lettrelettrelettrelettre
(*)
(*) Zones obligatoires