QuelquesFilms.com

Présentation du film

Titre françaisBig Eyes
Titre originalBig Eyes
Résumé Californie, 1958. Margaret quitte son foyer et son mari, en emmenant avec elle sa fille, ses toiles et ses pinceaux. Margaret est peintre. Elle peint surtout des enfants aux grands yeux tristes. Dans sa nouvelle vie à San Francisco, elle rencontre Walter Keane, agent immobilier et peintre du dimanche, qui se rêve grand artiste. Ils se marient. Les toiles de Margaret sont remarquées et Walter, sentant le bon filon, se les approprie pour développer un business très lucratif...
ActeursAmy Adams, Christoph Waltz, Danny Huston, Krysten Ritter, Jason Schwartzman, Terence Stamp, Jon Polito, James Saito, Delaney Raye, Madeleine Arthur
Réalisateur(s)TIM BURTON
Critique * Le film, en soi, n'est pas mauvais. Il est bien réalisé, bien photographié. L'histoire de cette étonnante supercherie artistique, inspirée de faits réels, se suit sans déplaisir. Mais quand on songe à ce que Tim Burton aurait pu faire d'un pareil sujet en débridant son imagination, on ressent comme une frustration et une pointe de déception. Big Eyes est certainement son film le plus classique, le plus sage, le plus consensuel. On voit bien l'influence qu'a eu le style de Margaret Keane sur les créations du cinéaste, avec ses personnages aux grands yeux, une certaine mélancolie... Mais Burton s'est comme emmuré dans un hommage bienveillant au peintre, en laissant sa fantaisie au vestiaire : son biopic est joliment illustré façon carte postale un peu kitsch, avec des couleurs, des costumes, des décors proprets et idéalisés ; la tonalité du fond est gentillette, le trait psychologique assez lisse, faisant de Margaret une douce victime soumise et de Walter un bourreau guignol et opportuniste. Pour l'ambiguïté et la complexité des relations humaines, on repassera. Ce manque de nuances est aussi accentué par le jeu des acteurs principaux : Amy Adams minaude dans un registre naïf et larmoyant ; Christoph Waltz cabotine en escroc bouffon et mytho. Restent quelques idées intéressantes sur la vérité et le mensonge, la manipulation, la mécanique des foules, la marchandisation de l'art... De grands thèmes hélas sous-exploités.
Photographie : Bruno Delbonnel.
Musique : Danny Elfman.

Frédéric Viaux (film vu le 23/03/2015 sur grand écran)

Bande-annonce ou extrait

Laissez votre commentaire sur ce film

Votre avis sera publié après soumission à modération.

Nom ou pseudo : (*)
Email :
Votre avis :
(*)
Il vous reste caractères
Code de sécurité :
lettrelettrelettrelettre
(*)
(*) Zones obligatoires