QuelquesFilms.com

Présentation du film

Titre françaisPigeon perché sur une branche philosophait sur l'existence (Un)
Titre originalEn duva satt på en gren och funderade på tillvaron
Résumé Après trois curieuses "rencontres avec la mort" (dans un hôpital, sur un ferry et en Afrique du temps des colonies), on suit les mésaventures commerciales et existentielles de deux marchands itinérants de farces et attrapes. Ils cherchent à vendre leurs dents extra longues de vampires et autres masques de "Pépé l'édenté", tandis qu'une prof de flamenco cherche à séduire l'un de ses élèves, tandis que des bistrots sont le théâtre d'étonnants voyages dans le temps...
ActeursHolger Andersson, Nils Westblom, Charlotta Larsson, Lotti Törnros, Oscar Salomonsson, Ola Stensson, Jonas Gerholm, Viktor Gyllenberg, Roger Olsen Likvern
Réalisateur(s)ROY ANDERSSON
Critique * Ce film du très rare Roy Andersson est digne de son titre : bizarre et long. C'est un pur objet filmique non identifié, un bric-à-brac de saynètes censées répondre (ou ne pas répondre) à la question formulée au début du récit : comment être un humain ? Andersson clôt ainsi sa "trilogie des vivants", après Chansons du deuxième étage et Nous les vivants. Il évoque la difficulté d'être, dans un style qui n'appartient qu'à lui, au croisement improbable des oeuvres de Buñuel, Tati et Kaurismäki. Au menu : surréalisme, mélancolie, humour noir, absurde ou morbide, servi glacé et frappé... Le réalisateur dépeint une humanité moribonde peuplée de personnages au teint blafard, une humanité moche, dépressive, rongée de solitude et n'avançant plus qu'au ralenti. Comme une espèce en voie d'extinction, future pièce de musée. Ce tableau (ou plutôt ces tableaux, le film étant composé d'une trentaine de plans fixes) est bien plombant, mais aussi très drôle, car Andersson est le roi des oxymores : son cinéma est pétri d'un pessimisme amusé et d'un burlesque triste. En témoigne la phrase-leitmotiv du film, reprise par plusieurs personnages : "Je suis content de savoir que vous allez bien", alors que manifestement tout va mal... La première partie du récit est franchement réjouissante, avec notamment une irrésistible scène de drague lors d'un cours de danse et une émouvante scène de bar, durant la Seconde Guerre mondiale, où la tenancière boiteuse échange avec les soldats des verres contre des baisers. Une autre scène de bar, au décor contemporain, fera intervenir le roi de Suède Charles XII... Tout cela déroute, fascine, amuse, mais s'épuise malheureusement au bout d'un moment, à force de lenteur, de statisme, de digressions, de répétitions. Le dispositif s'essouffle de lui-même et finit par créer des longueurs que le réalisateur n'arrive pas à transcender. Compte tenu de ses fondements, le film s'avère donc un poil frustrant dans ses aboutissements. Dommage !
Lion d'or au festival de Venise 2014.

Frédéric Viaux (film vu le 30/04/2015 sur grand écran)

Bande-annonce ou extrait

Laissez votre commentaire sur ce film

Votre avis sera publié après soumission à modération.

Nom ou pseudo : (*)
Email :
Votre avis :
(*)
Il vous reste caractères
Code de sécurité :
lettrelettrelettrelettre
(*)
(*) Zones obligatoires