QuelquesFilms.com

Présentation du film

Titre françaisLoi du marché (La)
Titre originalLa Loi du marché
Résumé Thierry est au chômage. Il vient de terminer une formation, proposée par Pôle Emploi, qui ne mène à rien. Sa banque lui met la pression, d'autant que la scolarité de son fils handicapé est coûteuse. Avec sa femme, il tente de vendre un mobil-home près de la mer. Tous deux se changent les idées en prenant des cours de danse. La situation s'améliore quand Thierry décroche un job de vigile dans un centre commercial. Il traque les voleurs et "flique" les employés. Mais pourra-t-il tout supporter ?
ActeursVincent Lindon, Karine De Mirbeck, Matthieu Schaller, Yves Ory, Xavier Mathieu, Noël Mairot, Catherine Saint-Bonnet, Roland Thomin, Hakima Makoudi, Éric Krop, Soufiane Guerrab, Christian Watrin, Saïd Aïssaoui, Françoise Anselmi, Sakina Toilibou
Réalisateur(s)STÉPHANE BRIZÉ
Critique ** Bien sûr, ce n'est pas du cinéma qui fait rêver, ni même plaisir. C'est du cinéma-vérité, une fiction de tranches de vie saisies façon documentaire, un miroir qui reflète la réalité du chômage et du monde du travail aujourd'hui, une radioscopie des mécanismes sociaux qui se nourrissent de la précarité ambiante pour déprécier voire humilier les individus. Tout est très juste dans ce tableau : l'angoisse du vide et de l'avenir pour les chômeurs, les dysfonctionnements absurdes de Pôle emploi, l'indélicatesse et l'opportunisme commercial des banques, l'hypocrisie d'un monde du travail impitoyable, la logique des objectifs et des résultats au prix d'une déshumanisation, la toute-puissance de la société de consommation et ses exclus... Très justes également sont les questions qui jaillissent du récit, en matière de dignité et de morale. Très juste enfin est le jeu des acteurs, Vincent Lindon en tête, massif et subtil, tout en regards éloquents, seul professionnel au milieu d'amateurs. L'ambition de réalisme social est ainsi parfaitement atteinte. On peut toutefois tiquer sur quelques choix de fond et de forme. Sur le fond : le personnage de l'enfant handicapé est probablement "too much". Sur la forme : les plans-séquences donnent un rythme étiré en longueur. On peut surtout regretter que cette perfection réaliste soit sans surprise, notamment sur le plan dramatique. On voit le film que l'on pensait voir. Minimaliste, intelligent, mais sans grande singularité artistique.
Festival de Cannes 2015 : Prix d'interprétation masculine pour Vincent Lindon. César 2016 du meilleur acteur.

Frédéric Viaux (film vu le 19/05/2015 sur grand écran)

Bande-annonce ou extrait

Laissez votre commentaire sur ce film

Votre avis sera publié après soumission à modération.

Nom ou pseudo : (*)
Email :
Votre avis :
(*)
Il vous reste caractères
Code de sécurité :
lettrelettrelettrelettre
(*)
(*) Zones obligatoires