QuelquesFilms.com

Présentation du film

Titre françaisMustang
Titre originalMustang
Résumé C'est la fin de l'année scolaire dans une province turque, à 1 000 km d'Istanbul. Cinq soeurs rentrent chez elles en longeant une plage. Des garçons les rejoignent. Ils s'amusent ensemble dans l'eau. De retour à la maison, les jeunes filles (orphelines) reçoivent une volée de bois vert de la part de leur grand-mère et de leur oncle, qui décident de les garder enfermées pour préserver leur virginité en vue de mariages arrangés. La maison devient une prison et une "usine à épouses"...
ActeursGünes Nezihe Sensoy, Ilayda Akdogan, Tugba Sunguroglu, Elit Iscan, Doga Zeynep Doguslu, Ayberk Pekcan, Nihal Koldas, Burak Yigit, Bahar Kerimoglu, Erol Afsin
Réalisateur(s)DENIZ GAMZE ERGÜVEN
Critique ** Mustang, qui célèbre le désir de liberté et le caractère plus ou moins indomptable de cinq soeurs ados dans un contexte familial verrouillé, est un ersatz plutôt réussi du Virgin Suicides de Sofia Coppola, made in Turkey. La parenté concerne le fond (avec un étonnant parallèle entre des moeurs US et turques). Elle concerne aussi la forme avec une mise en scène sensuelle, quelques images vaporeuses, une musique aérienne et gracieuse (signée Warren Ellis dans Mustang). Mais le ton est ici différent. Pas mélancolique. Plutôt tragi-comique. Les dialogues et le récit en voix off sont émaillés de petites touches cash voire trash qui singularisent l'insolence rebelle des protagonistes (et du film). Outre les notions de maison-prison et d'usine à épouses, il est question de robes "couleur de merde" ou de certaines pratiques sexuelles préservant la virginité... Entre tradition et modernité, Deniz Gamze Ergüven parle de l'éveil du désir, de mariages arrangés, de zones d'ombre familiales, en jonglant joliment avec plusieurs registres : humour, émotion, cruauté. Les moeurs traditionnelles et conservatrices turques prennent une claque. On peut toutefois regretter que la barque soit un peu trop chargée, avec un message répétitif et un personnage (l'oncle) tout en excès dans son portrait et son interprétation. D'autres maladresses apparaissent également ici et là : dans le casting des filles qui ne font pas très "campagne profonde", dans la crédibilité de certaines scènes ou dans la conclusion, moyennement convaincante. Cela dit, l'énergie et la sensibilité qui se dégagent de ce premier long-métrage emportent globalement l'adhésion.
César 2016 : meilleur premier film, meilleur scénario original, meilleur montage, meilleure musique.

Frédéric Viaux (film vu le 26/06/2015 sur grand écran)

Bande-annonce ou extrait

Laissez votre commentaire sur ce film

Votre avis sera publié après soumission à modération.

Nom ou pseudo : (*)
Email :
Votre avis :
(*)
Il vous reste caractères
Code de sécurité :
lettrelettrelettrelettre
(*)
(*) Zones obligatoires