QuelquesFilms.com

Présentation du film

Titre françaisVieil Homme et l'Enfant (Le)
Titre originalLe Vieil Homme et l'Enfant
Résumé Novembre 1943. Claude Langman a 8 ans. Il est juif. Par ses bêtises, il cause beaucoup de soucis à ses parents qui cherchent à rester discrets dans le Paris de l'Occupation. La famille déménage souvent. Mais pour plus de sécurité, Claude est finalement envoyé à la campagne, en Zone libre, chez les parents âgés d'une amie, pétainistes convaincus. Le vieil homme, ouvertement antisémite, et sa femme se prennent d'affection pour Claude... sans savoir qu'il est juif.
ActeursMichel Simon, Alain Cohen, Luce Fabiole, Roger Carel, Sylvine Delannoy, Charles Denner, Zorica Lozic, Aline Bertrand, Jacqueline Rouillard, Paul Préboist, Elisabeth Rey
Réalisateur(s)CLAUDE BERRI
Critique ** Peu après avoir reçu l'Oscar du meilleur court-métrage pour Le Poulet, Claude Berri tournait son premier long-métrage, Le Vieil Homme et l'Enfant, inspiré de ses souvenirs personnels, d'une époque où il s'appelait encore Claude Langman. Classique formellement (voix off, réalisation "carrée", noir et blanc très propre), le film se distingue par sa tonalité, mélange d'ironie savoureuse et de tendresse, qui se dégage de la relation entre le vieil antisémite (excellent Michel Simon, Prix de la meilleure interprétation masculine au festival de Berlin 1967) et le petit juif (Alain Cohen). Berri traite son sujet avec simplicité et fraîcheur, démontant les préjugés des adultes en adoptant le point de vue de l'enfant, naïf et espiègle à la fois. Un humanisme doux balaie ainsi des idées bêtes et méchantes, et tourne lucidement la page d'une certaine France, pétainiste, née lors de la Première Guerre mondiale et morte à la fin de la Seconde.
Le réalisateur continuera de creuser un sillon autobiographique dans ses films suivants (mais sans retrouver le succès public et critique de ce premier long-métrage), avant d'exploiter un filon plus littéraire et patrimonial : Jean de Florette, Manon des Sources, Germinal... En adaptant Uranus de Marcel Aymé (1990), il reviendra à cette période de la fin de la Seconde Guerre mondiale et de "l'épuration", sous un angle beaucoup plus caustique et cinglant (son meilleur film).
Musique : Georges Delerue.
Assistant réalisation : Philippe Garrel.

Frédéric Viaux (film vu le 11/11/1994, revu le 21/09/2015 sur petit écran)

Bande-annonce ou extrait

Laissez votre commentaire sur ce film

Votre avis sera publié après soumission à modération.

Nom ou pseudo : (*)
Email :
Votre avis :
(*)
Il vous reste caractères
Code de sécurité :
lettrelettrelettrelettre
(*)
(*) Zones obligatoires