QuelquesFilms.com

Présentation du film

Titre françaisDélivrance (1972)
Titre originalDeliverance
Résumé Le temps d'un week-end, quatre amis citadins partent en virée au coeur de la Georgie, dans une région isolée et appelée à disparaître : une vallée forestière qui sera bientôt couverte par un immense lac adossé à un barrage électrique. Lewis, Ed, Bobby et Drew entendent bien profiter une dernière fois de cette contrée sauvage. Après quelques échanges peu rassurants avec les habitants du coin, ils sortent leurs canoës et se lancent dans la descente d'une rivière tumultueuse...
ActeursJon Voight, Burt Reynolds, Ned Beatty, Ronny Cox, Bill McKinney, Herbert "Cowboy" Coward, Ed Ramey, Billy Redden, Seamon Glass, Randall Deal, James Dickey, Charley Boorman
Réalisateur(s)JOHN BOORMAN
Critique **** Un film terrible, chargé d'une tension permanente, physique et morale, qui est à la fois captivante, fascinante et éprouvante. Tout commence par la confrontation de deux mondes, urbain et rural. Quatre hommes arrivent de la ville pour se ressourcer en pleine nature. Ils sont un brin arrogants et méprisants à l'égard d'une communauté de "péquenauds" vivant au fond des bois : quelques individus rustres - dont certains marqués probablement par la consanguinité - qui semblent largués par la civilisation et proches d'une nature que l'on devine brute et sauvage. Une scène géniale donne le ton de ce qui va suivre : le dialogue-duel au banjo entre l'un des citadins et un étrange gamin aux yeux plissés. Une scène magnétique et inquiétante. C'est le premier affrontement des deux mondes, qui donne déjà l'avantage à l'un des deux camps et se conclut sur une communion refusée. Dès le début, le film porte ainsi les germes d'un troublant malaise et d'une violence latente. Cette violence, John Boorman en a cultivé l'expression - souvent paroxystique - dans toute la première partie de sa carrière, lorsqu'il était un réalisateur phare du Nouvel Hollywood (Le Point de non-retour, Duel dans le Pacifique). Délivrance s'inscrit dans cette veine noire et pessimiste sur la nature humaine. C'en est même une sorte de manifeste, puisque le cinéaste explore ici les fondements de cette violence, dans un état de nature dont la conception est anti-rousseauiste au possible : il n'y a pas de bon sauvage, mais plutôt un homme qui est un loup pour l'homme (Hobbes). On est aussi bien loin de l'imagerie naturelle de la poésie romantique du XIXe siècle (la nature est une mère ou une amie accueillante et consolatrice) ou de l'écologie idéaliste des années 1970 (le retour à la nature est un retour à la paix, à l'harmonie). Boorman s'appuie sur un scénario de James Dickey (qui adapte son propre roman et qui joue le rôle du shérif, à la fin) pour livrer un des films les plus mémorables sur l'opposition nature/culture. La nature est présentée comme hostile et révèle à l'homme civilisé ses instincts les plus profonds : instincts de survie, peur animale, violence aveugle, contre lesquels les lois de la civilisation, les notions de morale et de justice, sont impuissantes. Le retour à la nature, pour Dickey et Boorman, n'est donc qu'un retour à la sauvagerie. Et la civilisation, qu'une tentative un peu vaine de l'homme pour enfouir sa part sauvage, pour maîtriser une barbarie quasi ontologique. On adhère ou pas. Mais force est de reconnaître la puissance inouïe de ce film. Le déroulé narratif est implacable, avec notamment une scène clé et choc (la rencontre des citadins avec deux hommes des bois) qui est à l'origine d'une fuite en avant tragique. Le cinéaste met en scène ce river-movie de façon intelligente et spectaculaire, immersive et oppressante, pour faire ressentir, jusque dans les dernières images, le traumatisme des personnages centraux, surtout celui du personnage incarné par Jon Voight (formidable). On en a le souffle court, du début à la fin. Grand film.

Frédéric Viaux (film vu le 26/11/2002, revu le 24/10/2015 sur grand écran)

Bande-annonce ou extrait

Laissez votre commentaire sur ce film

Vos avis (1)

De Didier - 17/01/2016
J'ai vu ce film bien après sa sortie, à l'époque où les cassettes VHS tournaient à fond dans les magnétoscopes, et ce fut une véritable claque ! John Boorman avait déjà marqué les esprits avec deux films caractérisés par une violence sèche et atypique : Le Point de non-retour et Duel dans le Pacifique (tous deux avec Lee Marvin, est-ce un hasard ?). Ici, il amplifie ce sentiment avec non seulement une violence des éléments et la force de la nature, mais aussi la violence bien plus terrifiante encore venant des montagnards. Leur bestialité donne lieu à une scène d'agression marquante qui provoqua à l'époque un certain malaise ; le film constitue donc une démythification de l'idéologie écologique des années 70 : la nature n'est pas bonne et idyllique, elle est cruelle et hostile ; les gens qui y vivent ne sont pas des pacifistes mais des brutes sauvages, de même que les citadins sont obligés de devenir eux-mêmes des violents pour rester en vie. Le film reste inoubliable pour tout ça, et saisissant aussi par sa réalisation technique dans de magnifiques décors intacts de toute intervention humaine. Une excursion qui vire au cauchemar, et qui fait sérieusement réfléchir.

Laissez votre commentaire sur ce film

Votre avis sera publié après soumission à modération.

Nom ou pseudo : (*)
Email :
Votre avis :
(*)
Il vous reste caractères
Code de sécurité :
lettrelettrelettrelettre
(*)
(*) Zones obligatoires