QuelquesFilms.com

Présentation du film

Titre françaisHermine (L')
Titre originalL'Hermine
Résumé Président de la cour d'assises de Saint-Omer, Michel Racine est aussi mal aimable que mal aimé. Il a la réputation d'être un président à deux chiffres : avec lui, personne ne prend moins de 10 ans. Atteint d'une grippe qui le rend plus méprisant et cassant que d'habitude, il entame le procès d'un jeune homme accusé d'infanticide. Parmi les jurés tirés au sort, il a la surprise de retrouver une femme qu'il a aimée quelques années auparavant... et qui va un peu adoucir sa manière d'être au monde.
ActeursFabrice Luchini, Sidse Babett Knudsen, Eva Lallier, Corinne Masiero, Sophie-Marie Larrouy, Simon Ferrante, Victor Pontecorvo, Miss Ming, Michaël Abiteboul, Bruno Tuchszer, Chloé Berthier, Raphaël Ferret
Réalisateur(s)CHRISTIAN VINCENT
Critique ** Fabrice Luchini retrouve Christian Vincent 25 ans après La Discrète (le meilleur film du réalisateur à ce jour). Il le retrouve pour un rôle écrit sur mesure, dans un cadre judiciaire certes inaccoutumé pour lui mais qui l'intéresse depuis longtemps. Un palais de justice, une salle de procès et ses "coulisses" qui sont sans cesse comparés à l'univers théâtral. Autant dire tout de suite que Luchini, homme du verbe, et dont le personnage s'appelle Racine (!), y est à l'aise. À l'aise mais jamais histrion. C'est la première bonne surprise du film : l'acteur joue sobre et ça lui va bien. Avec l'actrice Sidse Babett Knudsen, connue pour son rôle dans la série Borgen et qui affiche ici une belle présence, naturelle et douce, il forme un duo qui n'est pas pour rien dans le charme du film. Deuxième intérêt : la justesse du regard sur ce monde judiciaire, abordé avec un réalisme instructif (en évitant l'écueil d'une dramatisation excessive), des personnages crédibles, une définition pertinente de la justice et une relativisation appropriée de la notion de vérité. Ces développements prennent probablement un peu trop de place par rapport à l'histoire de la relation entre les deux personnages principaux, mais ils sont bien vus. Troisième point fort du film (peut-être le plus important) : sa délicatesse dans l'expression des sentiments et dans la façon discrète de faire évoluer, d'humaniser, le personnage du juge. Sans être d'une profondeur insondable ni d'une originalité folle, le scénario, toujours bien écrit, cultive une simplicité et une subtilité qui s'avèrent au final joliment émouvantes.
Mostra de Venise 2015 : Prix d'interprétation masculine (Fabrice Luchini) et Prix du scénario (Christian Vincent). César 2016 de la meilleure actrice dans un second rôle pour Sidse Babett Knudsen.

Frédéric Viaux (film vu le 11/12/2015 sur grand écran)

Bande-annonce ou extrait

Laissez votre commentaire sur ce film

Votre avis sera publié après soumission à modération.

Nom ou pseudo : (*)
Email :
Votre avis :
(*)
Il vous reste caractères
Code de sécurité :
lettrelettrelettrelettre
(*)
(*) Zones obligatoires