QuelquesFilms.com

Présentation du film

Titre françaisLà-haut
Titre originalUp
Résumé Papy fait de la résistance. Carl Fredricksen reste attaché, malgré les pressions des promoteurs, à sa bicoque. C'est là qu'il a vécu heureux avec sa femme Ellie, récemment décédée. Mais à la suite d'un procès, le vieil homme est jugé dangereux et contraint d'intégrer une maison de retraite. Lui vient alors une idée folle : faire "décoller" sa demeure grâce à des milliers de ballons gonflables. Destination : les chutes du Paradis, en Amérique du Sud.
ActeursVoix en VO, Edward Asner, Jordan Nagai, Christopher Plummer, Bob Peterson, Delroy Lindo, John Ratzenberger
Réalisateur(s)PETE DOCTER et BOB PETERSON
Critique **** Encore une merveille des studios Pixar (la dixième) qui ne cessent de nous surprendre, de film en film. Première originalité, le "casting" : un papy triste, bougon, peu bavard, et un p'tit gars grassouillet tiennent les premiers rôles. Comme antihéros, on ne fait guère mieux. On trouve aussi un bestiaire très particulier : un oiseau de paradis irrésistible et une horde de chiens qui parlent (grâce à de mystérieux colliers). Anthropomorphisme classique ? Non, car les scénaristes et dialoguistes ne se sont pas contentés d'attribuer des propos d'hommes à ces animaux : ils ont imaginé ce que pourraient être leurs pensées... C'est inédit et hilarant. Dernier personnage important : le vieil explorateur revanchard et machiavélique. Pour lui, il y a manifestement un problème d'âge : il ne se différencie pas assez de M. Fredricksen, qui l'idolâtrait étant petit. Mais ce n'est pas bien important.
L'intrigue, elle aussi, ne manque pas d'étonner. Commencer le film par le récit de la vie du papy, récit empreint de mélancolie (où l'on apprend par exemple que sa femme et lui n'ont jamais pu avoir d'enfants) et qui se conclut par un deuil, c'est pour le moins audacieux dans un dessin animé. Du jamais-vu. Ensuite, le voyage aérien est un enchantement, les paysages sont superbes et les prouesses techniques d'animation touchent à la perfection (extraordinaires en 3D). La maison-ballon et autre Zeppelin n'ont rien à envier aux machines volantes de Miyazaki. Le spectacle est au rendez-vous. Et l'humour n'est jamais bien loin, notamment lorsque M. Fredricksen entre en action. La scène de combat contre le vieil explorateur (ralentie par quelques rhumatismes), avec canne et jet de dentier, vaut le détour.
Enfin, Là-haut témoigne d'un sens formidable du détail. Sur le plan visuel, cela va des poils blancs de la barbe naissante de M. Fredricksen à l'expressivité incroyable des visages ou des gueules d'animaux. Et sur un plan sociétal, le film est truffé de petites scènes apparemment anodines, mais qui sonnent justes et reflètent l'air du temps : lorsque l'on intente un procès au papy pour un simple coup de canne, lorsqu'il dit vouloir faire un dernier tour dans sa maison avant de l'abandonner (semble-t-il) définitivement pour une résidence spécialisée, lorsque le gamin raconte le seul moment d'intimité avec son père, assis sur le trottoir, à compter les voitures rouges et bleues... Déshumanisation et solitude (à tous les âges de la vie) sont peut-être les sujets centraux du film.
On regrettera juste que la fin soit assez prévisible et un peu "gentillette". Mais l'ensemble reste de haute volée : coloré, poétique, drôle, tendre et divertissant.
Oscar 2010 du meilleur film d'animation et de la meilleure musique. Autre distinction : Là-haut est le premier film d'animation à avoir fait l'ouverture du festival de Cannes en 2009. À noter, enfin, que Pete Docter fut l'un des réalisateurs de Monstres et Cie, et Bob Peterson l'un des scénaristes du Monde de Nemo.

Frédéric Viaux (film vu le 12/08/2009 sur grand écran)

Bande-annonce ou extrait


Là-Haut (UP) - Bande-annonce HD VF par baryla

Laissez votre commentaire sur ce film

Votre avis sera publié après soumission à modération.

Nom ou pseudo : (*)
Email :
Votre avis :
(*)
Il vous reste caractères
Code de sécurité :
lettrelettrelettrelettre
(*)
(*) Zones obligatoires