QuelquesFilms.com

Présentation du film

Titre françaisHomme qui aimait les femmes (L')
Titre originalL'Homme qui aimait les femmes
Résumé Les aventures amoureuses (nombreuses et variées) de Bertrand Morane. Par peur d'oublier l'une de ses conquêtes, ce "cavaleur" décide de tenir un journal. Projet littéraire qui ne manque pas d'éveiller l'intérêt, professionnel et personnel, d'une éditrice...
ActeursCharles Denner, Brigitte Fossey, Nelly Borgeaud, Geneviève Fontanel, Nathalie Baye, Leslie Caron, Roger Leenhardt, Jean Dasté
Réalisateur(s)FRANÇOIS TRUFFAUT
Critique **** C'est l'un des films où Truffaut se livre le plus (son amour des femmes était connu), même si l'on sait que le cinéaste mêle toujours des souvenirs personnels, des histoires d'amis proches, des faits divers et de la fiction pure.
À l'origine de l'histoire de Bertrand Morane (mais aussi de celle de Truffaut et de tout son cinéma), il y a l'enfance bafouée et l'amour mêlé de haine qu'il vouait à sa mère, peu aimante à son égard, impudique et adultère. Devenu adulte sans avoir vraiment quitté l'enfance (en témoigne son métier puéril, manipulateur de modèles réduits), Bertrand finit par ressembler à sa mère, multipliant les rencontres amoureuses. Complexe d'Oedipe non résolu, dirait docteur Freud, et recherche permanente d'un idéal féminin (et maternel) qui ne se trouve dans aucune femme en particulier mais dans la féminité en général. D'où cette fuite en avant, cet éloge de l'amour multiple... mais pas de la femme kleenex. Car le personnage principal du film n'est pas un Don Juan ou un Casanova qui abuse les femmes pour son propre plaisir et les jettent ensuite. Il les aime vraiment, il les aime toutes. Pour lui, elles ne sont pas interchangeables, elles ont toutes une beauté et des qualités qui méritent d'être appréciées. Voilà pourquoi il ne cesse de tomber amoureux (même si c'est plutôt "l'idée de l'amour" qui l'attire).
Bertrand Morane est ainsi le Bob Morane de l'amour, aventurier de l'éphémère... mais héros solitaire et toujours inquiet. Il donne à la conquête féminine une importance de vie ou de mort. Les femmes sont garantes de son équilibre... et de l'équilibre du monde. "Les jambes des femmes sont des compas qui arpentent le globe terrestre en tous sens, lui donnant son équilibre et son harmonie." L'idéal serait de pouvoir les aimer chaque minute, chaque seconde. "Mais on ne peut pas faire l'amour du matin au soir, c'est bien pourquoi on a inventé le travail", explique un médecin...
Entre psychanalyse et mythologie personnalisée du séducteur, L'Homme qui aimait les femmes est un film séduisant (même si le style a un peu vieilli). C'est un hommage intelligent et sensible à la gent féminine, au plaisir, à la jouissance de la vie. Bertrand Morane est croqué avec tendresse, humour et un peu de tristesse. Mais cet autoportrait de Truffaut (via Charles Denner, excellent en alter ego) se veut sans complaisance, l'auteur ne cachant pas ses obsessions, sa fragilité, sa lâcheté. Il se met à nu. "La plupart des gens ont le courage de vivre leur vie. Très peu ont le courage de la représenter", disait Godard.
Directeur de la photographie : Néstor Almendros.

Frédéric Viaux (film vu le 25/01/1999 sur petit écran)

Bande-annonce ou extrait

Laissez votre commentaire sur ce film

Votre avis sera publié après soumission à modération.

Nom ou pseudo : (*)
Email :
Votre avis :
(*)
Il vous reste caractères
Code de sécurité :
lettrelettrelettrelettre
(*)
(*) Zones obligatoires