QuelquesFilms.com

Présentation du film

Titre françaisCheyennes (Les)
Titre originalCheyenne Autumn
Résumé 1878. Las des promesses jamais tenues par l'État américain, les Cheyennes quittent la réserve où ils sont parqués dans des conditions misérables, pour rejoindre leurs terres. S'engagent alors des combats et une longue course-poursuite avec l'armée.
ActeursRichard Widmark, Carroll Baker, Edward G. Robinson, Karl Malden, James Stewart, Arthur Kennedy, Ricardo Montalban, Gilbert Roland, Sal Mineo, Dolores del Rio, Patrick Wayne, John Carradine, George O'Brien, Ben Johnson, Mae Marsh
Réalisateur(s)JOHN FORD
Critique ** Un classique du western, ouvertement pro-Indiens et tout empreint de culpabilité. Plus humaniste et désenchanté qu'héroïque. Bêtise, mensonges, violence sont ici l'apanage des hommes d'État et soldats américains, à quelques exceptions près (les personnages incarnés par Richard Widmark et Edward G. Robinson). Le message est peu lourd, exprimé par une voix off édifiante et grandiloquente. Pour son dernier western, John Ford revisite ainsi le mythe de la conquête de l'Ouest qu'il a contribué à valoriser par le passé, en rectifiant le tir, basculant dans une certaine forme de contrition. Une tendance déjà amorcée avec La Prisonnière du désert. Au coeur du drame, on note par ailleurs un curieux intermède : l'épisode comique de Dodge City, avec James Stewart dans la peau de Wyatt Earp. Réussi, mais pas du tout dans la tonalité générale... Sinon, la qualité de la réalisation, classique, est au rendez-vous, dans de superbes décors naturels filmés en 70 mm. De grands espaces pour un grand spectacle.

Frédéric Viaux (film vu le 23/08/2009 sur petit écran)

Bande-annonce ou extrait

Laissez votre commentaire sur ce film

Vos avis (1)

De Didier - 20/03/2016
Dernier film de John Ford, ce western est considéré par beaucoup de critiques comme un chef-d'oeuvre ; je serai plus nuancé là-dessus. Certes, c'est le beau testament cinématographique d'un réalisateur qui a réussi à magnifier l'Ouest de façon héroïque et poétique, une fresque lyrique qui traite de la question indienne sans lourdeur et sans pathos. Ford y décrit une communauté en marche, symbolique d'un destin collectif, à travers l'exode des Cheyennes qui, lassés des mauvais traitements infligés par l'administration d'un pays qui n'a pas su ou pas voulu comprendre l'homme rouge, ne cherchent qu'à retrouver leurs racines et leur terre confisquée. Ford laisse parler sa sensibilité et fait preuve d'humanisme en dépeignant cette grandeur par de belles images et des cadrages architecturés, sur un rythme et un tempo solennels. C'est un film qui touche par la sincérité de son propos, mais qui n'évite pas certaines longueurs, telle cette séquence de Dodge City où John Carradine, James Stewart et Arthur Kennedy jouent au poker : une scène qui m'a semblé parfaitement inutile.

Laissez votre commentaire sur ce film

Votre avis sera publié après soumission à modération.

Nom ou pseudo : (*)
Email :
Votre avis :
(*)
Il vous reste caractères
Code de sécurité :
lettrelettrelettrelettre
(*)
(*) Zones obligatoires