QuelquesFilms.com

Présentation du film

Titre françaisRififi chez les hommes (Du)
Titre originalDu Rififi chez les hommes
Résumé Après cinq années de taule, Tony le "Stéphanois" refait surface à Paris. Il passe ses nuits dans les salles de jeux clandestines, en attendant de retrouver sa compagne... qui est désormais aux bras d'un patron de boîte de nuit. Dépité, il décide de retourner aux "affaires", en préparant le cambriolage d'une bijouterie avec trois autres truands.
ActeursJean Servais, Carl Möhner, Robert Manuel, Magali Noël, Janine Darcey, Pierre Grasset, Robert Hossein, Marie Sabouret, Jules Dassin
Réalisateur(s)JULES DASSIN
Critique **** Au début, on pense à un énième film noir sur un casse, à la française, avec un Jean Servais qui fait son Gabin (en plus fatigué et ténébreux), une plongée dans les lieux mal famés de la capitale, l'argot de circonstance et, surtout, une intrigue bien virile, voire machiste. Puis vient la scène du cambriolage, d'anthologie, qui lance le film et lui donne son originalité. Trente minutes sans dialogue, avec simplement les bruits de l'action. Précision de la mise en scène et du montage, tension palpable. C'est fascinant. Ensuite, le mécanisme fatal propre au genre s'enclenche et broie les hommes, un par un, jusqu'à la scène finale : une course contre la mort dans les rues de Paris, un dernier baroud d'honneur. Dassin laisse parler sa virtuosité et son sens de l'ironie tragique. Du grand art.
Victime du maccarthysme, mis au ban du système hollywoodien, Jules Dassin a pu reprendre du service en France avec ce film, après quatre ou cinq ans de disette. Il a changé de décors mais gardé un style réaliste, minutieux, et un ton implacablement noir.
Par sa thématique du "casse", Du Rififi chez les hommes s'inscrit dans le lignée de Quand la ville dort, L'Ultime Razzia ou encore Les Inconnus dans la ville. Autant de films qui tournent autour d'un "coup minutieusement préparé par un groupe d'indépendants. Leur habileté professionnelle, qui entraîne une certaine intégrité dans leur travail, les rend sympathiques aux yeux du public ; leur échec n'en est que plus tragique" (François Guérif, Le Film noir américain). Une définition qui collera plus tard à certains films de Melville.
Adapté du premier livre de la série des Rififi, signée Auguste Le Breton, Du Rififi chez les hommes aura des suites au cinéma : Du Rififi chez les femmes (Alex Joffé), Rififi à Tokyo (Jacques Deray) et Du Rififi à Paname (Denys de La Patellière).
Chef décorateur : Alexandre Trauner.

Frédéric Viaux (film vu le 27/10/2007 sur petit écran)

Bande-annonce ou extrait

Laissez votre commentaire sur ce film

Votre avis sera publié après soumission à modération.

Nom ou pseudo : (*)
Email :
Votre avis :
(*)
Il vous reste caractères
Code de sécurité :
lettrelettrelettrelettre
(*)
(*) Zones obligatoires