QuelquesFilms.com

Présentation du film

Titre françaisKing Kong (1933)
Titre originalKing Kong
Résumé Une expédition maritime met le cap sur une île inconnue, où un cinéaste fasciné par les bêtes sauvages espère trouver quelques créatures extraordinaires. Et de fait : les indigènes honorent un énorme gorille nommé Kong.
ActeursFay Wray, Robert Armstrong, Bruce Cabot, Frank Reicher, Sam Hardy, Noble Johnson, Steve Clemente, Merian C. Cooper, Ernest B. Schoedsack
Réalisateur(s)MERIAN C. COOPER et ERNEST B. SCHOEDSACK
Critique **** Lorsque Fay Wray fut contactée par la RKO pour ce film, on lui annonça qu'elle aurait à ses côtés "le plus grand partenaire de mémoire de cinéphile". Elle pensa aussitôt à Clark Gable. On lui montra une photo de grand singe...
Le film, devenu mythique, mêle aventures exotiques, dimension fantastique, opposition nature/culture, variations sur le thème de la Belle et la Bête... La séquence finale, au sommet de l'Empire State Building, figure dans toutes les anthologies du cinéma. Elle est spectaculaire à souhait. Mais c'est surtout le regard de Kong qui marque vraiment. Les plus belles prouesses techniques résident dans l'expressivité du gorille : ses colères, son trouble amoureux ou érotique (assez osé pour heurter la censure de l'époque), son désespoir...
Les effets spéciaux sont l'oeuvre de Willis O'Brien. Pour Kong, il a fait réaliser une tête gigantesque, un buste, une main, un pied. Et pour les autres animaux préhistoriques, le spécialiste a fait valoir son expérience acquise sur le tournage du Monde perdu (Harry O. Hoyt, 1925), qui inspirera le Jurassik Park de Steven Spielberg. Il développe ici une technique qui deviendra incontournable : l'animation de maquettes, image par image.
Inventif visuellement, trépidant, touchant, ce divertissement est de grande qualité. Merian C. Cooper (côté production) et Ernest B. Schoedsack (côté direction artistique) ont réalisé avec de gros moyens un "film monstre" et ont consacré par la même occasion la mode des "films de monstre". C'était les années 1930, période de peur et d'incertitude liées à la crise économique et à la montée du fascisme en Europe. Pour l'anecdote, Cooper et Schoedsack ont de petits rôles dans le film, en tant que pilote d'avion et mitrailleur.
En France, la réception a été mitigée, les critiques se moquant de la naïveté du scénario. Mais les surréalistes ont adoré. Aux États-Unis : gros succès. Il y a aura donc une suite, tournée dans le foulée par Schoedsack : Le Fils de Kong. Et deux remakes principaux jusqu'à nos jours : la version de John Guillermin (1976) et celle de Peter Jackson (2005).
Musique : Max Steiner.
Cf. Le Cinéma fantastique, de Patrick Brion, article "King Kong".

Frédéric Viaux (film vu le 16/03/2003 sur petit écran)

Bande-annonce ou extrait

Laissez votre commentaire sur ce film

Votre avis sera publié après soumission à modération.

Nom ou pseudo : (*)
Email :
Votre avis :
(*)
Il vous reste caractères
Code de sécurité :
lettrelettrelettrelettre
(*)
(*) Zones obligatoires