QuelquesFilms.com

Présentation du film

Titre françaisIllusionniste (L') (2010)
Titre originalL'Illusionniste
Résumé De petits cachets en salles de spectacle plus ou moins désertes, Tatischeff peine à exercer son métier de prestidigitateur à Paris. Nous sommes à la fin des années 1950. Le magicien prend alors la direction de la Grande-Bretagne où la situation des artistes de music-hall n'est pas plus brillante... Invité dans un village écossais, il rencontre une jeune servante qui va s'attacher à lui et le suivre à Édimbourg.
ActeursVoix en VO, Jean-Claude Donda, Edith Rankin
Réalisateur(s)SYLVAIN CHOMET
Critique ** Sylvain Chomet, l'auteur des Triplettes de Belleville, a hérité d'un beau cadeau : un scénario inédit de Jacques Tati, laissé dans les cartons depuis plus de cinquante ans. Le cinéaste l'avait abandonné, le trouvant trop sombre et se trouvant lui-même, en tant qu'acteur, trop peu agile de ses mains (et diminué physiquement par une blessure contractée sur le tournage des Vacances de Monsieur Hulot) pour interpréter un illusionniste. Il est donc assez émouvant de voir le personnage de Tati reprendre vie à l'écran et accomplir des tours de passe-passe, l'animation concrétisant un rêve à titre posthume. Chomet a abordé le projet avec délicatesse, entre hommage, fidélité à l'oeuvre et à l'esprit du cinéaste, et sensibilité personnelle. Le mariage des deux univers créatifs est très réussi.
Une grande silhouette un peu raide, une maladresse qui ne manque pas d'élégance, un comique de geste et de situation, quelques mots et borborygmes jaillissant de-ci de-là : Jacques Tati est bien là, servi par un graphisme joliment anachronique et remarquablement animé. Par ailleurs, les décors urbains et les paysages de la campagne écossaise bénéficient d'un dessin très soigné, d'un luxe de détails, de superbes couleurs et variations de lumière.
Sur le plan dramatique, le ton est à la mélancolie. Le sens du burlesque de Tati n'a jamais été aussi triste. C'est la fin d'un monde : celui du music-hall. On croise un clown alcoolique et suicidaire, un ventriloque sans le sou et SDF... Quant au prestidigitateur, il finit par lâcher son lapin blanc en pleine nature. C'est aussi l'avènement du rock, du star-system et de la société de consommation, croqués avec un dépit cocasse. Ce tableau social ne manque pas de finesse. En revanche, l'histoire centrale, autour de la relation filiale entre la jeune fille et le magicien, n'est pas des plus originales.
Au final, L'Illusionniste n'est probablement pas le scénario le plus riche et inventif de Tati, mais Chomet a su lui donner un charme unique.
César 2011 du meilleur film d'animation.

Frédéric Viaux (film vu le 24/06/2010 sur grand écran)

Laissez votre commentaire sur ce film

Votre avis sera publié après soumission à modération.

Nom ou pseudo : (*)
Email :
Votre avis :
(*)
Il vous reste caractères
Code de sécurité :
lettrelettrelettrelettre
(*)
(*) Zones obligatoires