QuelquesFilms.com

Présentation du film

Titre françaisPossibilité d'une île (La)
Titre originalLa Possibilité d'une île
Résumé Sans conviction, Daniel accompagne son père, gourou d'une secte, sur les routes de Belgique. Ce dernier donne des conférences, face à des publics clairsemés, sur les extraterrestres et la vie éternelle. Trois ans plus tard, la secte a pris une ampleur internationale et les thèses relatives à la vie éternelle sont étayées par des recherches scientifiques sur le clonage...
ActeursBenoît Magimel, Patrick Bauchau, Andrzej Seweryn, Serge Larivière, Ramata Koite, Jean-Pierre Malo, Jordi Dauder, Arielle Dombasle, Fernando Arrabal
Réalisateur(s)MICHEL HOUELLEBECQ
Critique * C'est la troisième adaptation d'un roman de Michel Houellebecq à l'écran, après Extension du domaine de la lutte et Les Particules élémentaires, mais la première réalisée par l'écrivain lui-même. Expérience difficile pour un résultat étrange. D'abord, il faut dire que le film est assez différent du livre. Toute la première partie du bouquin a été zappée. Le propos se concentre sur les thèmes de la vie éternelle, du clonage, en faisant le lien entre l'humanité actuelle, décadente et grotesque (illustrée par les clubs de vacances), et une "post-humanité" terrée, solitaire, aseptisée, quelques siècles plus tard. "Fin de race" et nouvelle ère. En transposant son texte au cinéma, Houellebecq a malheureusement trop épuré son histoire et son style, aboutissant à une abstraction, une désincarnation, assez décevantes. Les relations humaines ont été soit supprimées, soit réduites au strict minimum ; les évolutions du personnage central sont mal cernées et les enjeux des scènes finales peu compréhensibles. Ce dépouillement narratif s'accompagne bizarrement d'une musique un poil trop lyrique. Par ailleurs, on ne retrouve pas assez ce qui fait le sel du roman : le regard acéré de l'auteur sur la société contemporaine et la poésie qui émane des dernières pages. Le résultat est une méditation-errance, lente et contemplative, un peu kitsch parfois. Cette représentation de la fin d'un monde n'est pourtant pas sans mystère et suscite même une certaine curiosité. Si ce n'est pas un bon film, abouti, ce n'est pas non plus un navet, comme beaucoup l'ont crié. Juste un essai maladroit, paradoxalement un peu creux et atone, alors que le roman (bien qu'inégal) est assez riche et détonant.

Frédéric Viaux (film vu le 06/07/2011 sur petit écran)

Bande-annonce ou extrait

Laissez votre commentaire sur ce film

Votre avis sera publié après soumission à modération.

Nom ou pseudo : (*)
Email :
Votre avis :
(*)
Il vous reste caractères
Code de sécurité :
lettrelettrelettrelettre
(*)
(*) Zones obligatoires