QuelquesFilms.com

Présentation du film

Titre françaisMelancholia (2011)
Titre originalMelancholia
Résumé Justine et Michael célèbrent leur mariage dans un somptueux château danois, entouré d'un golf. Pendant ce temps, la planète Melancholia, jusqu'alors cachée derrière le Soleil, sort de sa trajectoire et menace de percuter la Terre...
ActeursKirsten Dunst, Charlotte Gainsbourg, Kiefer Sutherland, Alexander Skarsgård, Charlotte Rampling, John Hurt, Stellan Skarsgård, Brady Corbet, Cameron Spurr, Udo Kier, Jesper Christensen
Réalisateur(s)LARS VON TRIER
Critique * La séquence inaugurale, constituée de tableaux artificiels, aux éclairages et aux ralentis étranges, mélange de kitscherie, de romantisme et de symbolisme, laisse une impression poétique unique. Ce n'est pas spécialement beau, mais c'est plastiquement fascinant. Lars von Trier se projette aussi dans l'espace, pour un ballet cosmique sur fond de musique classique (Wagner, Tristan et Iseult). En matière de space opera, Melancholia est à la destruction de la Terre ce que The Tree of Life est à sa création, les deux films ayant été présentés en même temps à Cannes en 2011. Le réalisateur danois oppose au panthéisme et à l'humanisme du réalisateur américain un nihilisme et une misanthropie sans fond. Il commence donc par nous annoncer en grande pompe, dans une sorte de jouissance grandiose et libératrice, la fin du monde, avant de proposer un flash-back. Petit retour sur les derniers jours de l'humanité, par le prisme d'un portrait de groupe, réuni pour un mariage dont le fiasco va révéler différentes tares du genre humain. Autour d'une mariée dépressive et perdue, maternée par une soeur qui l'aime et la déteste, gravitent une mère aigre et vacharde, un père jouisseur et fuyant, un employeur qui ne voit dans son employée qu'une machine à produire des slogans publicitaires, un beau-frère qui ne pense qu'au fric... Lars von Trier se lance dans un jeu de massacre, façon Festen, assez amusant, même s'il est gratuit. Cela suinte un mépris qui va aboutir, dans la seconde partie du film, à la justification de la trame et de sa conclusion : en gros, l'humanité est pourrie jusqu'au trognon, elle mérite sa destruction. Bon, c'est tout de même un peu court et pas très nuancé. D'autant qu'une fois son message apocalyptique formulé, l'auteur ne semble plus trop savoir quoi faire de son intrigue. L'attente du cataclysme est longuette, proprette et un peu vide de substance. Seul le lien entre la planète Melancholia et la mélancolie de la mariée est assez troublant, notamment grâce à Kirsten Dunst qui, depuis Virgin Suicides, est l'actrice idéale pour exprimer la dépression et la tristesse. Sinon, malgré les pleurs du personnage de Charlotte Gainsbourg et la dimension de film catastrophe, le drame laisse assez froid ; on ressent peu d'émotion, peu de compassion. On a presque hâte d'en finir. Et là, on rejoint probablement la philosophie du réalisateur !
Prix d'interprétation féminine pour Kirsten Dunst au festival de Cannes 2011. Son rôle était initialement prévu pour Penélope Cruz.

Frédéric Viaux (film vu le 14/08/2011 sur grand écran)

Laissez votre commentaire sur ce film

Votre avis sera publié après soumission à modération.

Nom ou pseudo : (*)
Email :
Votre avis :
(*)
Il vous reste caractères
Code de sécurité :
lettrelettrelettrelettre
(*)
(*) Zones obligatoires