QuelquesFilms.com

Présentation du film

Titre françaisPlanète sauvage (La)
Titre originalLa Planète sauvage
Résumé Sur la planète Ygam vivent les Draags, des androïdes géants et bleus. Ils ont pour animaux domestiques des êtres humains baptisés les Oms. Terr est "l'Om de luxe" de la jeune Tiwa. Il va beaucoup apprendre à ses côtés, puis rejoindre des Oms sauvages. Ensemble, ils vont tenter de survivre et se rebeller contre les dominants.
ActeursVoix en VO, Jennifer Drake, Éric Baugin, Jean Topart, Jean Valmont, Sylvie Lenoir, Michèle Chahan, Yves Barsacq, Gérard Hernandez
Réalisateur(s)RENÉ LALOUX
Critique ** En 1973, La Planète sauvage fit l'effet d'une petite révolution. C'était l'un des premiers films d'animation et de science-fiction qui n'étaient pas exclusivement dédiés aux enfants. À la réalisation : René Laloux, peintre et sculpteur ; aux dessins, Roland Topor, initiateur du mouvement Panique ; au scénario : Laloux et Topor, d'après un livre de Stefan Wul, Oms en série. Le résultat est atypique. Sur le fond, les auteurs ont développé un petit conte philosophique, centré sur la place de l'homme dans le monde. Dans ce film d'animation, l'être humain est dominé par plus grand, plus fort et plus savant que lui. Les événements invitent à relativiser tout sentiment de supériorité et à se méfier de l'idée de toute-puissance, qui ouvre la voie au totalitarisme. Le récit milite pour une approche humble du monde, pour une appréhension intelligente des différences, et dessine à la fin un rêve d'harmonie. Laloux et Topor inscrivent leur propos dans une longue tradition qui remonte à Montaigne, Voltaire, Swift... Sur la forme, le film possède une réelle étrangeté. Le rythme est assez lent et le style visuel, très singulier. En dessinant les décors et les créatures d'une planète fictive, Topor a laissé libre cours à son imagination et fait jaillir une poésie bizarre, qui a toujours quelque chose d'un peu monstrueux.
Prix spécial du jury au festival de Cannes 1973.
Le travail d'animation a duré cinq ans et a été réalisé en Tchécoslovaquie, pour des raisons économiques. En France, à l'époque, le système de production ne permettait pas une longue immobilisation des capitaux.
René Laloux est l'auteur de cinq films d'animation : Les Escargots (1965), La Planète sauvage (1973), Les Dents du singe (1980), Les Maîtres du temps (1982) et Gandahar (1988).

Frédéric Viaux (film vu le 04/12/2011 sur petit écran)

Bande-annonce ou extrait

Laissez votre commentaire sur ce film

Votre avis sera publié après soumission à modération.

Nom ou pseudo : (*)
Email :
Votre avis :
(*)
Il vous reste caractères
Code de sécurité :
lettrelettrelettrelettre
(*)
(*) Zones obligatoires