QuelquesFilms.com

Présentation du film

Titre françaisShame
Titre originalShame
Résumé Brandon est un trentenaire new-yorkais, bien fait de sa personne. Bon boulot, bel appart. Une addiction : le sexe. Un besoin irrépressible qu'il cherche à satisfaire partout, chez lui, au bureau, dans la rue, avec des femmes croisées ici ou là, des prostituées, des filles sur Internet... L'arrivée de sa soeur, Sissy, va bouleverser son quotidien.
ActeursMichael Fassbender, Carey Mulligan, James Badge Dale, Nicole Beharie, Lucy Walters, Elizabeth Masucci, Anna Rose Hopkins, Chazz Menendez
Réalisateur(s)STEVE MCQUEEN
Critique ** Le sujet est original. L'addiction sexuelle a rarement été traitée au cinéma de façon aussi exclusive. Steve McQueen, dont c'est le second long-métrage (après Hunger, 2008), l'aborde sans voyeurisme, sans vulgarité, sans érotisme non plus. Il décortique avec une certaine froideur (stylisée) le quotidien d'un obsessionnel. L'objet de cette obsession semble finalement moins l'intéresser que la mécanique pulsionnelle et le rapport au monde de celui qui vit cette obsession. McQueen décrit un séducteur compulsif, un homme tout entier concentré dans l'instant et la répétition, incapable de se projeter dans une durée, de tisser une relation durable, amoureuse ou simplement affective. Ici, la quête du plaisir sexuel, qu'il soit partagé ou solitaire, va de pair avec un isolement et un égoïsme que met en évidence la cohabitation entre Brandon et sa soeur. Sissy envahit l'espace de son frère. Elle dérègle sa mécanique quotidienne en faisant éclater sa bulle ; elle est un élément perturbateur qu'il rejette. Sissy introduit aussi un regard extérieur, un potentiel jugement moral. Insupportable. La mécanique de Brandon non seulement s'enraye, mais réagit à la pression par un emballement encore plus frénétique et désordonné. Le réalisateur sonde alors le fond de la névrose de son personnage, un abîme de contradictions, où la jouissance devient douloureuse, voire autodestructrice.
Shame s'impose comme un film aussi profond qu'inconfortable. Rarement plaisant, mais toujours captivant. Brut, fascinant à certains moments. Trop étiré en longueur à d'autres. Mystérieux dans sa façon d'éluder le passé ou les causes du comportement des personnages. Moralisateur ? Son titre et son dénouement peuvent le laisser entendre. Mais la réponse n'est pas évidente. La critique morale est peut-être avant tout sociale, l'addiction sexuelle ne faisant qu'illustrer une forme d'incommunicabilité propre à nos sociétés modernes.
Une chose est sûre : Shame confirme le talent d'un grand acteur, Michael Fassbender, qui tenait déjà le rôle principal dans le premier film de Steve McQueen. Il compose ici un personnage magnétique et ravagé, avec une intensité et une fragilité vraiment étonnantes. Composition qui lui a valu un prix d'interprétation à la Mostra de Venise 2011.

Frédéric Viaux (film vu le 09/12/2011 sur grand écran)

Bande-annonce ou extrait


SHAME - Bande-annonce VOST par MK2diffusion

Laissez votre commentaire sur ce film

Votre avis sera publié après soumission à modération.

Nom ou pseudo : (*)
Email :
Votre avis :
(*)
Il vous reste caractères
Code de sécurité :
lettrelettrelettrelettre
(*)
(*) Zones obligatoires