QuelquesFilms.com

Présentation du film

Titre françaisAventures extraordinaires de Saturnin Farandoul (Les)
Titre originalLe avventure straordinarissime di Saturnino Farandola
Résumé Saturnin Farandoul, encore bébé, survit au naufrage du bateau de ses parents. Il échoue sur une île où il sera élevé par des singes. À l'âge adulte, Saturnin sera recueilli par des matelots et deviendra capitaine de navire. Ses aventures le mèneront à travers le monde, sous l'eau, sur terre ou dans les airs.
ActeursMarcel Fabre, Nilde Baracchi, Alfredo Bertone, Filippo Castamagna, Oreste Grandi, Luciano Manara, Armando Pilotti, Dario Silvestri
Réalisateur(s)MARCEL FABRE
Critique ** Saturnin Farandoul : le nom claque moins que celui d'Indiana Jones. Mais en matière d'action et de voyage, ce héros d'un autre âge n'est pas en reste. Il nous embarque dans un récit abracadabrant, rigolo, divertissant.
Ce film est l'adaptation d'un roman d'Albert Robida, dessinateur, caricaturiste, journaliste, romancier... Robida fut le contemporain de Jules Verne, dont il partagea le goût pour l'anticipation et dont il se moqua aussi beaucoup. Le titre de son livre, follement long, est explicite : Voyage très extraordinaire de Saturnin Farandoul dans les cinq ou six parties du monde et dans tous les pays connus et même inconnus de M. Jules Verne. À l'écran, on retrouve un mélange de pastiche et de parodie, avec son lot d'aventures exotiques, d'idées joyeusement grotesques, de personnages revisités (Phileas Fogg en méchant...).
La réalisation et le rôle principal de cette grosse production italienne ont été confiés à Marcel Fabre (de son vrai nom Manuel Fernández Pérez), connu à l'époque grâce à des séries de films comiques diffusés en France (où il interprétait un personnage baptisé Robinet), en Italie et aux États-Unis. L'Italien Luigi Maggi aurait également participé à la mise en scène. Cette mise en scène, par son bricolage inventif, évoque le cinéma de Méliès : on s'amuse de la figuration des singes, incarnés par des hommes vêtus de pyjamas poilus, ou encore de la représentation des fonds marins. En revanche, côté narration, ce n'est pas toujours ça. Quelques enchaînements logiques passent à la trappe et, globalement, le film n'est qu'une suite d'épisodes sans vrai fil dramatique. Une succession qui touche à la surenchère, un peu lassante sur la longueur. Heureusement, la bataille finale au sommet des montgolfières clôt le spectacle en beauté.

Frédéric Viaux (film vu le 17/12/2011 sur petit écran)

Bande-annonce ou extrait

Laissez votre commentaire sur ce film

Votre avis sera publié après soumission à modération.

Nom ou pseudo : (*)
Email :
Votre avis :
(*)
Il vous reste caractères
Code de sécurité :
lettrelettrelettrelettre
(*)
(*) Zones obligatoires