QuelquesFilms.com

Présentation du film

Titre françaisNostalgie de la lumière
Titre originalNostalgia de la luz
Résumé Au nord du Chili, dans le désert d'Atacama, le plus sec au monde, des astronomes profitent des cieux limpides pour étudier le cosmos. Non loin de leurs observatoires, des femmes fouillent le sol rocailleux, à la recherche des corps de leurs proches, disparus pendant la dictature de Pinochet.
ActeursGaspar Galaz, Lautaro Núñez, Luís Henríquez, Victor González, Vicky Saaveda, Violeta Berrios, George Preston, Valentina Rodríguez
Réalisateur(s)PATRICIO GUZMÁN
Critique **** Un documentaire très original, remarquable d'intelligence et de sensibilité. En établissant un parallèle entre la recherche astronomique puis archéologique et la recherche des victimes du régime de Pinochet, Patricio Guzmán propose une approche insolite de l'un des paradoxes de l'État chilien, plus enclin à regarder loin dans le ciel et loin en arrière dans le temps, qu'à se regarder en face pour ausculter son histoire récente. Au fil des témoignages, le réalisateur nourrit une réflexion qui va de l'individuel au collectif, de l'intime à l'universel, et inversement. Son cheminement, qui apparaît d'abord sinueux, tisse un réseau de liens subtils entre les discours scientifique, philosophique, historique, politique, et les récits de vie. Entre la terre et le ciel jaillit une méditation sur le temps, la mémoire, le deuil, la dignité, l'identité. Entre les corps humains et les corps célestes jaillit aussi un sentiment d'absurde bouleversant. Le vertige intellectuel est ici indissociable de la profondeur émotionnelle, notamment via la présentation de ces femmes lancées dans une quête douloureuse, impossible et magnifique, perdues dans le désert, face au "silence éternel de ces espaces infinis", comme disait Pascal. Cette harmonie rare est véhiculée par un style sur lequel ne semblent jamais peser la richesse du contenu et le poids du passé. Guzmán cerne son sujet avec une lenteur propice à la réflexion et demeure constamment sensible à la valeur poétique des images (surtout cosmiques), ainsi qu'au pouvoir suggestif des métaphores. Ou comment évoquer des choses infiniment graves avec infiniment de grâce.
Patricio Guzmán a mis quatre ans pour monter ce documentaire auquel il manque peut-être, à destination du grand public, un petit topo sur l'histoire du Chili et la dictature de Pinochet, afin de mieux rentrer dans la matière. Mais c'est un détail. Le titre du film reprend en partie celui d'un livre écrit par un astronome français, Michel Cassé.

Frédéric Viaux (film vu le 26/12/2011 sur grand écran)

Bande-annonce ou extrait

Laissez votre commentaire sur ce film

Votre avis sera publié après soumission à modération.

Nom ou pseudo : (*)
Email :
Votre avis :
(*)
Il vous reste caractères
Code de sécurité :
lettrelettrelettrelettre
(*)
(*) Zones obligatoires