QuelquesFilms.com

Présentation du film

Titre françaisJour où la Terre s'arrêta (Le) (1951)
Titre originalThe Day the Earth Stood Still
Résumé Une soucoupe volante atterrit au coeur de Washington. Branle-bas de combat et panique chez les Terriens. Klaatu, un extraterrestre d'apparence humaine, s'avance vers la foule, porteur d'un message de paix. Mais un soldat tire sur lui. Blessé, il est soigné, puis demande à s'adresser à tous les chefs d'État de la planète. En vain...
ActeursMichael Rennie, Patricia Neal, Billy Gray, Hugh Marlowe, Sam Jaffe, Frances Bavier, Lock Martin, Stuart Whitman
Réalisateur(s)ROBERT WISE
Critique ** C'est un classique de la science-fiction, qui dépasse le cadre de la série B auquel le genre était plus ou moins confiné à l'époque. Adaptant un livre de Harry Bates (Farewell to the Master), Robert Wise reprend certes le thème des soucoupes volantes, à la mode, mais en limite les effets spectaculaires, privilégiant le réalisme et la dimension politique du récit. Klaatu, l'extraterrestre, vient mettre en garde les Terriens contre leur folie guerrière, qui menace la paix et la sécurité de l'univers tout entier. Il les invite gentiment à se calmer, sous peine d'être anéantis. Nous sommes dans l'après-Seconde Guerre mondiale, une période de grande tension internationale, en pleine course à l'armement atomique. "Je crois que les films de science-fiction offrent beaucoup plus de possibilités que n'importe quel autre type de film pour les messages, les thèmes, les commentaires, les avertissements sur notre monde, pays ou société. C'est pour cette raison que j'ai aimé tourner The Day the Earth Stood Still", déclarait Robert Wise (Écran 72, n° 2, février). Il tournera deux autres films de SF : Le Mystère Andromède et Star Treck. Ici, la science-fiction permet au réalisateur de stigmatiser les instincts belliqueux, les préjugés, la bêtise des hommes pris dans un contexte de paranoïa, qui fait craindre autant les OVNI que le communisme. Wise concentre symboliquement toutes les peurs d'une époque. La "chasse à l'extraterrestre" et l'esprit de dénonciation qui anime le personnage incarné par Hugh Marlowe évoquent évidemment la chasse aux sorcières, le maccarthysme.
Si le message pacifiste est un peu trop démonstratif et si le scénario n'est pas exempt d'incohérences, le film s'impose tout de même par son intelligence et son efficacité. Les développements qui invitent à relativiser les savoirs humains, à jouer la carte de l'humilité, sont bienvenus. La séquence des trente minutes durant lesquelles la Terre s'arrête, simplement mise en scène, est intéressante. On peut s'amuser aussi des connotations christiques : Klaatu prend le nom humain de Carpenter (Charpentier) ; il est tué par les hommes, ressuscite puis disparaît...
Parmi les informations complémentaires sur ce film, signalons qu'une phrase est devenue culte pour les fans de SF : "Klaatu barada nikto" (formule qui stoppe l'action destructrice de Gort, le robot qui accompagne Klaatu). Côté musique, c'est Bernard Herrmann qui signe la partition. Enfin, il y a eu un remake tourné en 2008 par Scott Derrickson, avec Keanu Reeves et Jennifer Connely.

Frédéric Viaux (film vu le 20/01/2012 sur petit écran)

Laissez votre commentaire sur ce film

Vos avis (1)

De Didier - 02/01/2016
Tourné en pleine guerre froide, Le Jour où la terre s'arrêta n'est pas un simple film de science-fiction de série, mais une habile parabole sur la paix et le danger de la prolifération des armes nucléaires. L'arrivée sur Terre de Klaatu, étranger envoyé d'ailleurs, et de son robot Gort, est un grand moment, et Michael Rennie, excellent acteur de second plan, trouve là son rôle le plus célèbre en incarnant pour la première fois un extraterrestre non belliqueux. Le film ne tombe pas dans le piège du sujet à thèse et reste avant tout un divertissement tout en délivrant un message, mais le plus intéressant réside dans la façon dont Klaatu découvre et perçoit le mode de vie terrien. En tout cas, le film reste comme un des plus adultes des années 50 dans le domaine de la SF, genre qui à l'époque n'était pas pris au sérieux, et il est bien plus réussi que son pâle remake de 2008. Aujourd'hui, il est même culte.

Laissez votre commentaire sur ce film

Votre avis sera publié après soumission à modération.

Nom ou pseudo : (*)
Email :
Votre avis :
(*)
Il vous reste caractères
Code de sécurité :
lettrelettrelettrelettre
(*)
(*) Zones obligatoires