QuelquesFilms.com

Présentation du film

Titre françaisGrand Soir (Le) (2012)
Titre originalLe Grand Soir
Résumé Benoît, alias "Not", le plus vieux punk à chien d'Europe, marche vers une zone commerciale où ses parents tiennent un restaurant, la Pataterie. Le temps d'un déjeuner, il retrouve son frère, Jean-Pierre, vendeur dans un magasin de literie. Ce dernier est aussi attaché aux normes que son frère à la liberté et à la marginalité. Mais Jean-Pierre est en train de divorcer et sur le point de perdre son boulot. Il va péter les plombs et se rapprocher de "Not"...
ActeursBenoît Poelvoorde, Albert Dupontel, Areski Belkacem, Brigitte Fontaine, Serge Larivière, Bouli Lanners, Stéphanie Pillonca, Gérard Depardieu, Yolande Moreau, Didier Wampas, Noël Godin
Réalisateur(s)BENOÎT DELÉPINE et GUSTAVE KERVERN
Critique ** Originale et déjantée, cette comédie est d'une dinguerie constante et d'une justesse dans l'excès en matière sociale. Avec ses personnages en situation d'exclusion, voulue ou pas, elle dépeint un monde où la frontière est ténue entre "normalité" et "marginalité". Elle appuie sur quelques tares contemporaines : fièvre consumériste, obsession sécuritaire, indifférence à l'autre... Et fait souffler un vent de révolte tout en montrant l'impossibilité d'une révolution, les limites de l'anarchie.
Il y a plein de bonnes idées dans ce scénario foutraque, doté d'un sens de l'absurde qui fait mouche, d'une belle énergie de la déglingue, d'une drôlerie décalée et teintée d'amertume. La scène de repas où les personnages de Poelvoorde et de Dupontel parlent en même temps à leur père qui ne les écoute pas illustre de façon irrésistible l'absence de communication. Et pour exprimer la solitude et le désespoir, la séquence du suicide à la campagne marque par son côté trash et douloureusement fantaisiste. Cette matière singulière est servie par un tandem Poelvoorde/Dupontel bien barré (mais qui évite la surenchère) et par la bizarrerie naturelle de la chanteuse Brigitte Fontaine. Quant à la mise en scène, brute et chaotique, elle épouse la folie des personnages et de l'histoire, tout en jouant sur le registre du western (quelques plans et notes de musique caractéristiques, une scène de règlement de compte parodique...). Dommage, toutefois, que le film ne soit pas mieux abouti : on pouvait s'attendre à une conclusion plus inspirée.
C'est le cinquième film cosigné par Delépine et Kervern, après Aaltra, Avida, Louise-Michel et Mammuth. Prix spécial du jury dans la sélection Un Certain Regard au festival de Cannes 2012.

Frédéric Viaux (film vu le 09/07/2012 sur grand écran)

Bande-annonce ou extrait

Laissez votre commentaire sur ce film

Votre avis sera publié après soumission à modération.

Nom ou pseudo : (*)
Email :
Votre avis :
(*)
Il vous reste caractères
Code de sécurité :
lettrelettrelettrelettre
(*)
(*) Zones obligatoires