QuelquesFilms.com

Présentation du film

Titre françaisEnfer est à lui (L')
Titre originalWhite Heat
Résumé Après avoir attaqué un train et dérobé 300 000 dollars, Cody Jarrett et ses hommes sont poursuivis par la police. Sur le point d'être capturé, le chef de la bande se rend, mais en s'accusant d'un crime mineur qu'il n'a pas commis, afin d'éviter la lourde peine liée au braquage du train. La police veut cependant le coffrer pour cette affaire et décide d'infiltrer l'un de ses agents dans la prison où sera incarcéré le gangster.
ActeursJames Cagney, Edmond O'Brien, Virginia Mayo, Margaret Wycherly, Steve Cochran, John Archer, Wally Cassell, Fred Clark, Marshall Bradford
Réalisateur(s)RAOUL WALSH
Critique *** Un très bon film noir, classique du genre, qui repose essentiellement sur les épaules de James Cagney, extraordinaire, et sur la singularité du personnage qu'il compose. C'est un grand enfant qui voue une adoration trouble à sa mère (laquelle fait songer à la figure historique de Ma Barker) mais se méfie de sa femme. Un homme tourmenté par d'horribles migraines. Un psychopathe brutal qui ira jusqu'au bout de son délire mégalo dans une scène finale explosive et infernale, d'anthologie. "Si vous demandiez à Jimmy Cagney quel est son plus grand film, il vous répondrait probablement White Heat", écrit Raoul Walsh dans ses Mémoires. Il ajoute : "L'histoire nécessitait une action parmi les plus perverses que j'ai jamais mises en scène. Je savais que je pouvais faire confiance à Cagney. Mais il m'a étonné par l'intensité qu'il a mise dans la scène du réfectoire. C'était probablement un des plus grands moments d'interprétation de tous les temps..." (voir Le Film noir américain, de François Guérif). Au cours de cette scène, saisissante en effet, Cody Jarrett apprend la mort de sa mère et devient fou de douleur et de rage, hurlant et rampant sur une table, puis frappant tous les gardiens venus l'arrêter. Au début du film, Cagney avait également eu l'idée de faire asseoir son personnage sur les genoux de sa mère... Ce lien mère/fils, oedipien, donne au drame des accents de tragédie grecque, renforcés par l'évocation de la légende du cheval de Troie, au moment du braquage final. Voilà qui fait le sel de ce film. Ajoutons enfin au rayon des qualités quelques répliques qui tuent, une mise en scène dense et rythmée, un bon suspense.
Le titre français du film, L'Enfer est à lui, est un peu éloigné du titre original, White Heat, mais colle avec le dénouement. Ce titre fait aussi écho à celui d'un autre film de Raoul Walsh, Le Monde lui appartient (The World in his Arms, 1952). Ces deux titres donnent une juste idée du caractère des héros walshiens, qui ne font pas dans la demi-mesure...
Musique : Max Steiner.

Frédéric Viaux (film vu le 24/07/2012 sur petit écran)

Bande-annonce ou extrait

Laissez votre commentaire sur ce film

Vos avis (1)

De Didier - 04/03/2016
Voici l'un des meilleurs films de Raoul Walsh, et surtout l'un des plus grands films de gangsters de la grande époque de la Warner, soutenu par la musique puissante de Max Steiner. Le personnage de Cody Jarrett est un des plus fous et des plus pathologiques de ce type de films dans les années 40 ; c'est assurément l'un des grands rôles de James Cagney qu'il a rendu fascinant par sa violence perverse, son désir de gloire insensé et l'attachement inconditionnel à sa mère. Le film ne comporte ni éclairages expressionnistes, ni cadrages tordus, mais c'est pourtant un film noir à part entière, dont la fin paroxystique va bien au-delà des limites du film de gangsters traditionnel par sa grandeur tragique.

Laissez votre commentaire sur ce film

Votre avis sera publié après soumission à modération.

Nom ou pseudo : (*)
Email :
Votre avis :
(*)
Il vous reste caractères
Code de sécurité :
lettrelettrelettrelettre
(*)
(*) Zones obligatoires