QuelquesFilms.com

Présentation du film

Titre françaisMarquise d'O... (La)
Titre originalDie Marquise von O...
Résumé 1799. Des troupes russes assiègent une ville italienne. La fille du gouverneur, marquise d'O..., est agressée par des soldats et sauvée par un officier russe qui la ramène, sous le choc, dans ses appartements. Peu après, l'officier déclare sa flamme à sa protégée, jeune veuve, et demande sa main à ses parents avec empressement. Un temps de réflexion est imposé par la famille, durant lequel la marquise ressent des symptômes de grossesse, alors qu'elle n'a pas connu d'homme depuis son veuvage...
ActeursEdith Clever, Bruno Ganz, Peter Lühr, Edda Seippel, Otto Sander, Bernhard Frey, Eduard Linkers, Ruth Drexel, Volker Prechtel, Éric Rohmer
Réalisateur(s)ÉRIC ROHMER
Critique ** Éric Rohmer a toujours plus ou moins navigué à contre-courant. Il fit partie de ceux qui lancèrent la Nouvelle Vague, avec Truffaut, Godard ou Chabrol, puis se démarqua de ce mouvement, préférant creuser un sillon personnel de contes moraux. Il développa un style rigoureux, des textes très écrits, quand ses amis prônaient la liberté, l'improvisation, au plus près de la réalité. Dans les années 1970, à une époque où la Nouvelle Vague avait fini d'écumer et où de nouvelles aspirations sociales se faisaient entendre, le réalisateur proposa notamment deux adaptations littéraires coup sur coup, La Marquise d'O... d'après Heinrich von Kleist et Perceval le Gallois d'après Chrétien de Troyes. Pour faire moins dans l'air du temps, il fallait chercher... Ce mépris des tendances et cette fidélité à des goûts bien précis éveillent inévitablement la curiosité et forcent presque la sympathie... Rohmer est un radical, un puriste. Dans le cas présent, il ne s'intéresse pas au récit de Kleist pour en faire une lecture contemporaine. Il y plonge complètement, s'y enferme de façon hermétique, afin de restituer l'oeuvre et son contexte. Le cinéaste choisit ainsi de tourner en allemand, d'exprimer scrupuleusement les conventions sociales et morales de la fin du XVIIIe, de reproduire les décors et les costumes d'époque. La composition des plans, la lumière, les couleurs, sous la houlette du chef op' Néstor Almendros, font écho explicitement à des toiles de maîtres néoclassiques ou romantiques : Füssli (Le Cauchemar), David, Greuze, Ingres, Friedrich... Et pour compléter l'exercice de style, Rohmer donne toute sa pleine mesure au genre littéraire de la nouvelle d'origine, la "comédie larmoyante", aussi désuète soit-elle. Le résultat est à la fois austère et raffiné, froid (dans les scènes de communication publique) et passionné (dans l'intimité familiale ou amoureuse), excessivement écrit mais étonnamment bien assumé par des acteurs qui, malgré quelques "poses imposées"... et appuyées, malgré aussi le poids du verbe, parviennent à être spontanés et crédibles. Les thématiques liées au viol, à la faute, au déshonneur sont exprimées avec toute la conviction nécessaire. Bref, on y croit. On peut ne pas être très sensible à cette histoire, mais se prendre au jeu. Et force est de reconnaître que, dans le genre et compte tenu du projet du réalisateur, c'est une réussite.
Grand Prix spécial du jury au festival de Cannes 1976.

Frédéric Viaux (film vu le 21/08/2012 sur petit écran)

Bande-annonce ou extrait

Toute l'actu Cinéma est sur Commeaucinema.com

Laissez votre commentaire sur ce film

Votre avis sera publié après soumission à modération.

Nom ou pseudo : (*)
Email :
Votre avis :
(*)
Il vous reste caractères
Code de sécurité :
lettrelettrelettrelettre
(*)
(*) Zones obligatoires