QuelquesFilms.com

Présentation du film

Titre françaisDans la maison
Titre originalDans la maison
Résumé C'est la rentrée des classes. M. Germain, professeur de français, enseigne dans un lycée pilote, qui expérimente le retour à l'uniforme pour les élèves. Mais, uniforme ou pas, le niveau des ados reste faible. Les premières rédactions que corrige M. Germain le désespèrent. Toutes sauf une. Son auteur, Claude Garcia, y relate une visite dans la maison d'un de ses copains de classe. Une maison "normale", où une odeur a retenu son attention, "l'odeur si singulière des femmes de la classe moyenne".
ActeursFabrice Luchini, Ernst Umhauer, Kristin Scott Thomas, Emmanuelle Seigner, Denis Ménochet, Bastien Ughetto, Jean-François Balmer, Yolande Moreau
Réalisateur(s)FRANÇOIS OZON
Critique *** Ils sont finalement assez nombreux, les films français de cette rentrée, à sortir des sentiers battus ou, du moins, d'un sillon réaliste et intimiste souvent creusé ces derniers temps : Superstar (et son intrigue kafkaïenne), Wrong (objet filmique non identifié), Camille redouble (et son voyage dans le temps), Vous n'avez encore rien vu (oeuvre quasi expérimentale dans ses modulations en abyme)... Dans la maison s'inscrit dans ce joli tir groupé, dont l'inventivité fait du bien. S'il fallait rapprocher le film d'Ozon d'un autre de la liste précédente, ce serait du film de Resnais, Vous n'avez encore rien vu. Bien qu'évoluant dans des registres dramatiques et stylistiques différents, ce sont tous les deux des adaptations de pièces de théâtre (Le Garçon du dernier rang, de Juan Mayorga, pour le premier ; Eurydice et Cher Antoine ou l'amour raté, de Jean Anouilh, pour le second). Et surtout, ce sont deux films qui dépassent leur propre frontière artistique. L'un navigue entre cinéma et littérature, l'autre entre cinéma et théâtre. Tous les deux, à leur manière, envisage le processus de création et de représentation. Dans le genre "métafiction littéraire", François Ozon avait d'ailleurs déjà oeuvré, il y a quelques années, en réalisant Swimming Pool. Il y revient avec ce film, plus complexe et troublant.
Dans la maison propose principalement deux portraits, celui de Claude, un adolescent pas comme les autres, et celui de M. Germain, un prof de français un peu aigri. Ce dernier va devenir le mentor de son élève, apprenti écrivain, sur lequel il "transfère" ses fantasmes d'écriture, lui l'écrivain raté, et un possible désir de relation filiale, lui qui n'a pas d'enfant. Chaque jour, Claude remet à son professeur une rédaction qu'ils corrigent ensemble. Un texte où l'ado raconte le quotidien d'une famille "normale", observée avec un mélange d'envie et d'ironie vaguement méprisante. Un texte où il raconte aussi la façon, manipulatrice et malsaine, avec laquelle il s'immisce dans cette famille.
François Ozon développe alors son scénario sur deux niveaux, tout en interactions. D'un côté, la réalité, l'histoire vécue ; de l'autre, la fiction, la création littéraire. La première dimension est une sorte de variation moderne sur le thème de Théorème, de Pasolini (d'ailleurs cité dans le film). Où l'on suit l'action d'un "ange" pervers et destructeur, qui exploite ici les frustrations des autres personnages principaux (un copain de classe sans ami, une mère qui s'ennuie au foyer, un professeur qui n'a jamais réussi à écrire comme les écrivains qu'il admire...) pour essayer de combler les siennes (notamment un Oedipe sur le tard). Le jeune acteur Ernst Umhauer, par son physique et son attitude, rappelle un autre acteur, Stanislas Merhar, qui tenait un rôle également ambigu dans Nettoyage à sec, d'Anne Fontaine.
La seconde dimension, la métafiction littéraire, fait vraiment le sel du film. En écrivant quotidiennement un récit bien tourné, conclu par un mystérieux "À suivre", Claude surprend son professeur (et par ricochet son épouse qui lit aussi ses copies), attise la curiosité, jusqu'à une forme d'addiction. C'est l'écrivain qui accroche ses lecteurs et les maintient sous sa coupe, en les fidélisant de manière feuilletonesque. En narrant ce qui se passe dans l'intimité d'une maison et en se prenant comme protagoniste central, Claude cultive par ailleurs le voyeurisme de ses lecteurs, qui est, d'une certaine façon, celui de tout lecteur... et de tout spectateur. Enfin, en manipulant les membres de la famille observée, ainsi que son professeur et sa femme, Claude se trouve dans la position de l'écrivain qui manipule ses personnages et ses lecteurs. Tout comme François Ozon manipule les personnages de son scénario, mais aussi ses acteurs et nous, ses spectateurs. Tout s'emboîte et fait sens, avec pour moteur principal, à tous les niveaux, en littérature comme en cinéma, le plaisir de raconter une histoire et celui d'en décortiquer le savoir-faire.
Très bien écrit, intelligent, drôle et joliment tordu, Dans la maison est certainement le meilleur film d'Ozon depuis Sous le sable. Il faut également souligner la qualité de l'interprétation (Fabrice Luchini en tête, idéal dans son rôle d'amoureux des belles-lettres, mais dépassé par sa passion), du montage (avec ses ellipses et ses petits flash-back) et de la musique qui accompagne le rythme soutenu de la narration. On pouvait peut-être s'attendre à une fin plus marquante, mais celle-ci est tout à fait cohérente. Aboutissement d'un récit captivant, au genre hybride, qui oscille habilement entre comédie, drame, thriller à la Hitchcock ou à la De Palma, et même film noir, avec sa mécanique bien huilée, fatale et finalement amère.
Prix de la critique internationale au festival de Toronto 2012.
Concha de oro et Prix du meilleur scénario au festival de San Sebastián 2012.
(La métafiction littéraire, ces derniers temps, a la cote. À voir en salle : Elle s'appelle Ruby, par les réalisateurs de Little Miss Sunchine. Ou encore le récent film chilien Bonsái, de Cristián Jiménez.)

Frédéric Viaux (film vu le 11/10/2012 sur grand écran)

Bande-annonce ou extrait

Laissez votre commentaire sur ce film

Votre avis sera publié après soumission à modération.

Nom ou pseudo : (*)
Email :
Votre avis :
(*)
Il vous reste caractères
Code de sécurité :
lettrelettrelettrelettre
(*)
(*) Zones obligatoires