QuelquesFilms.com

Présentation du film

Titre françaisCésar doit mourir
Titre originalCesare deve morire
Résumé Des acteurs jouent en public une pièce de Shakespeare, Jules César. À la fin de la représentation, ils abandonnent leur costume et sont reconduits à leur cellule par des gardiens. Nous sommes à la prison de Rebibbia, dans la banlieue de Rome. Les acteurs sont des détenus condamnés à de lourdes peines. Flash-back sur la naissance et l'élaboration de ce projet.
ActeursSalvatore Striano, Giovanni Arcuri, Cosimo Rega, Antonio Frasca, Juan Dario Bonetti, Vincenzo Gallo, Rosario Majorana, Francesco De Masi, Gennaro Solito, Maurilio Giaffreda
Réalisateur(s)PAOLO TAVIANI et VITTORIO TAVIANI
Critique ** Le film rend compte d'une expérience réellement vécue. C'est après avoir vu et entendu quelques détenus de Rebibbia déclamer des chants de L'Enfer de Dante, au sein de la prison, que les frères Taviani ont eu l'idée de leur proposer de jouer Jules César, de Shakespeare. Et d'en faire un film. Si l'on songe au récent Reality de Matteo Garrone, dont le rôle principal est interprété par Aniello Arena, lui aussi prisonnier et sorti de sa geôle le temps du tournage, on se dit que le milieu pénitencier italien est un nouvel Actors Studio... On se dit également, en rapprochant le film des frères Taviani du dernier opus d'Alain Resnais, Vous n'avez encore rien vu, que l'inspiration théâtrale est toujours vivace au cinéma et que l'inventivité, en la matière, n'a pas d'âge...
Les octogénaires Paolo et Vittorio Taviani (Padre Padrone, Good Morning Babilonia, Fiorile...) ont conçu un film singulier, entre documentaire et fiction, un va-et-vient habile entre le quotidien de la prison, les répétitions de la pièce de théâtre et la représentation en public. Le cadre de la prison et le passé des acteurs (dont certains ont été condamnés pour homicide ou association mafieuse) donnent évidemment une résonance et une intensité particulières à la pièce de Shakespeare, dans laquelle il est question de pouvoir, de complot, de meurtre, de liberté et de châtiment. Les frères Taviani auraient pu développer davantage les liens entre les acteurs et leur personnage, ou ce que le drame éveille en chacun (on peut y voir une limite du scénario), mais ils ont fait le choix de la brièveté (le film dure 1 h 15), de la densité et d'un certain mystère. Pourquoi pas.
L'autre dimension intéressante du projet, c'est la réflexion véhiculée sur l'art et la façon dont elle traduite à l'écran. La création artistique, ici, c'est l'ouverture, l'évasion, la fuite dans un imaginaire qui transcende la réalité. Les frères Taviani ont filmé le quotidien de la prison ainsi que les répétitions en noir et blanc, avec un soin particulier apporté aux cadrages et à l'aspect graphique des images, en mettant l'accent sur les grillages, les barreaux et toutes les lignes qui délimitent l'espace carcéral (les murs, le quadrillage rectangulaire du sol de la cour...). En revanche, ils ont filmé la représentation de la pièce en couleur, comme un moment d'oubli et de vie. Un vecteur de libération qui est aussi, en contrepoint, un vecteur de prise de conscience. Et la prise de conscience, ici, ne peut être qu'amère : "Depuis que j'ai connu l'art, cette cellule est devenue une prison", déclare un acteur après le spectacle... Paradoxe douloureux d'un art entre ombre et lumière.
Petites infos : les acteurs Salvatore Striano et Maurilio Giaffreda sont en fait d'anciens détenus ; le premier, gracié, est devenu acteur professionnel. La musique du film, qui accentue joliment l'intensité dramatique, a été composée par Giuliano Taviani, neveu des cinéastes. À noter enfin la qualité de la photographie (signée Simone Zampagni), notamment le travail du noir et blanc, très contrasté, quasi expressionniste, qui renforce le caractère des visages et la symbolique du décor.
Ours d'or au festival de Berlin 2012.

Frédéric Viaux (film vu le 17/10/2012 sur grand écran)

Bande-annonce ou extrait

Laissez votre commentaire sur ce film

Votre avis sera publié après soumission à modération.

Nom ou pseudo : (*)
Email :
Votre avis :
(*)
Il vous reste caractères
Code de sécurité :
lettrelettrelettrelettre
(*)
(*) Zones obligatoires