QuelquesFilms.com

Présentation du film

Titre françaisPoison (La)
Titre originalLa Poison
Résumé Paul Braconnier ne supporte plus sa femme, une mégère gueularde, soûlarde et sale. Il confie son mal-être au curé du village. Il laisse aussi entendre, à demi-mots, quelques mauvaises pensées. Tuer l'autre ou se tuer, pour mettre fin à cet enfer conjugal... C'est en écoutant à la radio l'interview d'un avocat, champion de l'acquittement, que Paul va imaginer une solution à son problème.
ActeursMichel Simon, Germaine Reuver, Jean Debucourt, Albert Duvaleix, Pauline Carton, Georges Bever, Jeanne Fusier-Gir, Louis de Funès, Jacques de Féraudy, Jacques Derives, Jacques Varennes, Henry Laverne
Réalisateur(s)SACHA GUITRY
Critique **** Tout commence par un générique mené par Guitry lui-même, qui apparaît à l'écran pour présenter un à un, ou presque, tous les collaborateurs du film, avec une dédicace spéciale à Michel Simon, très élogieuse (et très juste). Puis l'auteur laisse parler sa plume par l'intermédiaire de l'acteur principal, dont le phrasé naturel atténue parfaitement la "sur-élégance" parfois artificielle des dialogues du "maître" (c'est ainsi que certains acteurs s'adressent à Guitry au cours du générique). Voilà qui participe de la spontanéité du film, tout en maintenant un propos plein d'esprit (de mauvais esprit, devrait-on préciser). La Poison est donc l'un des films les moins théâtraux de Guitry et certainement l'un de ses meilleurs. L'intrigue, machiavélique et malicieuse, s'appuie sur la mécanique d'un crime parfait (via la manipulation d'un avocat) pour brocarder aussi bien les moeurs de province que la justice spectacle. En maniant avec habileté les paradoxes sociaux et moraux, en poussant la logique du personnage central jusqu'à son comble, avec un mélange d'humour noir, d'ironie et de cynisme, l'auteur finit par démontrer l'utilité et les bienfaits du crime, sur un plan social et économique. Le crime peut libérer des liens étriqués du mariage, renforcer la solidarité, développer la notoriété d'un village et sa prospérité, et faire vivre de nombreux corps de métiers, des gendarmes aux avocats... Tout cela est joyeusement amoral et jubilatoire.

Frédéric Viaux (film vu le 16/12/1995, revu le 23/12/2012 sur petit écran)

Bande-annonce ou extrait

Laissez votre commentaire sur ce film

Votre avis sera publié après soumission à modération.

Nom ou pseudo : (*)
Email :
Votre avis :
(*)
Il vous reste caractères
Code de sécurité :
lettrelettrelettrelettre
(*)
(*) Zones obligatoires