QuelquesFilms.com

Présentation du film

Titre françaisDans la brume
Titre originalV tumane
Résumé Seconde Guerre mondiale. La Biélorussie est sous domination allemande. Dans un village, trois hommes sont pendus pour activité terroriste. Peu après, deux résistants viennent chercher celui qui a, semble-t-il, trahi les trois condamnés à mort, en collaborant avec les Allemands. Niant les faits, Sushenya accepte cependant d'être exécuté. Mais l'exécuteur reçoit une balle tirée par un milicien avant d'avoir pu appliquer le châtiment. Au lieu de s'enfuir, Sushenya s'occupe de son bourreau blessé...
ActeursVladimir Svirskiy, Vladislav Abashin, Sergeï Kolesov, Vlad Ivanov, Julia Peresild, Nadezhda Markina, Nikita Peremotovs, Kirill Petrov, Dmitrijs Kolosovs
Réalisateur(s)SERGEÏ LOZNITSA
Critique ** C'est le second film de Sergeï Loznitsa, après My Joy (2010). Présenté au festival de Cannes en 2012, il y a reçu le prix Fripresci. L'histoire, adaptée d'un roman de Vassil Bykov, V tumane, brosse un tableau de la guerre de 1939-1945, côté russe, côté rural, avec ses occupants allemands et surtout sa population locale, fortement divisée dans un contexte qui met à mal les liens sociaux. Mais l'ambition du réalisateur n'est pas de se livrer à une ample reconstitution historique. Il donne au récit une orientation intimiste via le portrait de trois hommes, Sushenya et les deux résistants venus l'exécuter, qui font l'objet de trois flash-back expliquant leur situation présente. Trois rapports différents à la guerre et à l'engagement. Le portrait du personnage central, Sushenya, est le plus intéressant : homme simple, innocent meurtri, embourbé dans une situation cruelle, aussi injuste qu'inextricable, et qui se lance dans un chemin de croix pathétique... Où il est question d'honneur, de morale, de culpabilité. L'acteur Vladimir Svirskiy, avec son regard abattu ou embué de larmes, est particulièrement touchant. Côté réalisation, on apprécie certains plans-séquences, l'esthétique "forestière" (jolie photo au fond des bois) et une façon singulière de diffuser une tristesse brute et quasi muette. Cette qualité artistique et cette sensibilité sont malheureusement un peu plombées par des choix radicaux en matière d'austérité : absence de musique, extrême lenteur de la narration, ton monocorde... L'ensemble n'en demeure pas moins intéressant.

Frédéric Viaux (film vu le 08/02/2013 sur grand écran)

Bande-annonce ou extrait

Laissez votre commentaire sur ce film

Votre avis sera publié après soumission à modération.

Nom ou pseudo : (*)
Email :
Votre avis :
(*)
Il vous reste caractères
Code de sécurité :
lettrelettrelettrelettre
(*)
(*) Zones obligatoires