QuelquesFilms.com

Présentation du film

Titre françaisElysium
Titre originalElysium
Résumé 2154. La Terre, surpeuplée, est ravagée par la pollution, les maladies. Elle est l'enfer des pauvres, tandis que les riches se sont exilés dans l'espace, à bord d'une station luxueuse et ultra protégée : Elysium. Ex-voleur de voitures, Max vit à Los Angeles. Il travaille désormais comme ouvrier chez Armadyne, gros fabricant de robots. Victime d'une irradiation qui le condamne à une mort prochaine, Max n'a qu'une chance de survie : rejoindre Elysium pour bénéficier des soins d'une "medbox".
ActeursMatt Damon, Jodie Foster, Sharlto Copley, Alice Braga, Wagner Moura, William Fichtner, Diego Luna, Brandon Auret, Josh Blacker, Emma Tremblay, Faran Tahir
Réalisateur(s)NEILL BLOMKAMP
Critique * Auteur d'un très bon premier film de SF, District 9, le cinéaste sud-africain Neill Blomkamp a manifestement laissé son originalité et son sens de l'allégorie sociopolitique au vestiaire avant de franchir les portes d'Hollywwod. Le scénario de son second long-métrage repose sur une opposition basique entre les riches et les pauvres, entre deux univers malheureusement peu développés. Une nouvelle lutte des classes qui n'est qu'un prétexte pour asseoir un banal sentiment d'injustice. Sur ce canevas ont été greffés quelques éléments non moins banals ou "faciles" : un héros qui lutte pour sa survie, une petite fille malade, un amour de jeunesse impossible, une méchante très inhumaine, des robots brutaux et un fantasme de machine qui soigne tous les problèmes physiques en deux secondes. Le récit jongle alors, avec des raccourcis logiques parfois déconcertants, entre une inspiration d'anticipation de bazar, un sentimentalisme à la louche (la bouille attendrissante de la petite fille, les flash-back gnangnans sur l'enfance de Max) et des combats bourrins sans saveur particulière. La BO, ronflante et fatigante, ne parvient pas à cacher le manque cruel de profondeur du film, en matière d'idées ou d'émotions. Et l'interprétation, hétéroclite, n'arrange rien : un Matt Damon étonnamment insipide, une Jodie Foster pète-sec en fasciste de l'espace, relookée façon Christine Lagarde, un Sharlto Copley cabotin et un insupportable Wagner Moura, en surchauffe absolue. On ne retiendra donc pas grand-chose de cette grosse entreprise formatée et sans réel intérêt, si ce n'est l'envie de payer un aller simple à Neill Blomkamp pour qu'il retourne faire des films en Afrique du Sud.

Frédéric Viaux (film vu le 14/08/2013 sur grand écran)

Bande-annonce ou extrait

Laissez votre commentaire sur ce film

Votre avis sera publié après soumission à modération.

Nom ou pseudo : (*)
Email :
Votre avis :
(*)
Il vous reste caractères
Code de sécurité :
lettrelettrelettrelettre
(*)
(*) Zones obligatoires