QuelquesFilms.com

Présentation du film

Titre françaisJeune et Jolie
Titre originalJeune et Jolie
Résumé Isabelle, jeune et jolie fille de bonne famille, perd son pucelage sur une plage, un été. Expérience sans plaisir malgré les attentions de l'amant. Expérience vécue avec une forme de distance, qui ne lui laisse qu'une curiosité froide à l'égard des choses du sexe. De retour à Paris, après avoir vu un documentaire sur la prostitution étudiante, Isabelle commence à se prostituer en contactant des hommes via Internet.
ActeursMarine Vacth, Géraldine Pailhas, Frédéric Pierrot, Fantin Ravat, Johan Leysen, Charlotte Rampling, Nathalie Richard, Djédjé Apali, Lucas Prisor, Laurent Delbecque, Jeanne Ruff, Stefano Cassetti, Carole Franck, Serge Hefez
Réalisateur(s)FRANÇOIS OZON
Critique ** Rituel singulier d'un passage de l'adolescence à l'âge adulte ? Illustration d'une tendance générationnelle à l'insensibilité et la déconnexion morale ? Évocation d'un fantasme féminin tabou ? Version moderne et réaliste de Belle de Jour ? Difficile de bien cerner ce film. Voilà qui le rend intéressant. François Ozon tourne autour d'un mystère insondable. Une transgression à froid. Ici la prostitution est choisie non par nécessité (Isabelle évolue dans un milieu aisé et ne dépense pas l'argent de ses passes), non par plaisir (tout juste parle-t-elle de curiosité, d'envie, mais sans excitation, sans jouissance). Une expérience pour l'expérience. Une façon pour la jeune fille de tester le monde, de tester son rapport au monde, un rapport de séduction (les potentiels de sa beauté, son pouvoir sur les hommes) et de force (vis à vis de l'autorité familiale). Bref, une exploration des limites de la liberté.
Ozon maîtrise d'un bout à l'autre sa réalisation, en cultivant une intensité troublante sans livrer les clés de cette histoire. Il évite le piège de la provoc' facile, de la vulgarité, mais fait preuve d'assez d'audace pour créer un inconfort et un questionnement permanents. La charge symbolique est parfois un peu appuyée via l'introduction, par exemple, d'une scène de classe où l'on étudie un poème de Rimbaud, "On n'est pas sérieux quand on a 17 ans", ou encore via le choix des chansons de Françoise Hardy. Mais le cinéaste capte intelligemment un mystère féminin, joliment incarné ici par Marine Vacth, révélation du film, tout en beauté, en opacité, fascinante et inquiétante. Un sphinx.
Très bon casting par ailleurs. Très crédible.

Frédéric Viaux (film vu le 22/08/2013 sur grand écran)

Bande-annonce ou extrait

Laissez votre commentaire sur ce film

Votre avis sera publié après soumission à modération.

Nom ou pseudo : (*)
Email :
Votre avis :
(*)
Il vous reste caractères
Code de sécurité :
lettrelettrelettrelettre
(*)
(*) Zones obligatoires