QuelquesFilms.com

Présentation du film

Titre françaisIlo Ilo
Titre originalIlo Ilo
Résumé Singapour, fin des années 1990. Teck et Hwee Leng embauchent une domestique venue des Philippines, Teresa, pour s'occuper du foyer et surveiller Jiale, leur fils, qui n'a aucune discipline, ni à la maison, ni à l'école. Teresa va en voir de toutes les couleurs, puis peu à peu apprivoiser le garçon. Pendant ce temps, les parents de Jiale se débattent au quotidien dans un contexte de crise économique, de crise de confiance, d'autant plus déstabilisant que Hwee Leng attend un second enfant...
ActeursKoh Jia Ler, Angeli Bayani, Yeo Yann Yann, Chen Tian Wen, Peter Wee, Jo Kukathas, Gim Goh
Réalisateur(s)ANTHONY CHEN
Critique ** À défaut d'être particulièrement originale, cette chronique familiale convainc par sa simplicité, sa sensibilité retenue, son intelligence. Le film, maîtrisé d'un bout à l'autre, sonne juste avec juste ce qu'il faut : quelques morceaux du quotidien, grappillés ici et là, suffisent pour dresser quelques portraits et brosser un tableau social. Anthony Chen, dont c'est le premier long-métrage, se remémore le Singapour de la fin des années 1990, touché par la crise économique, avec ses licenciements à la pelle, ses suicides. Il se remémore aussi son propre passé familial ; le film semble être nourri d'éléments autobiographiques, comme en témoigne le titre, Ilo Ilo, qui est le nom de la province philippine d'où venait la nourrice du réalisateur. Le scénario prend le temps de cerner quatre personnages plus ou moins déboussolés, en perte de repères. Jiale : gamin infernal, désorienté depuis la mort de son grand-père, en manque d'attention et d'affection ; Teresa : servante confrontée à un nouveau rapport de classes, femme déracinée, ayant laissé son enfant aux Philippines pour gagner de l'argent à Singapour, et qui devient peu à peu une mère de substitution pour Jiale ; Hwee Leng : la vraie mère de Jiale, jalouse de Teresa, énervée par le déclin financier de sa famille, vaguement désespérée, prête à croire n'importe quel bonimenteur médiatique prêchant la méthode Coué du développement personnel ; et enfin Teck : le père, qui perd son emploi, ne l'avoue pas tout de suite, perd aussi beaucoup d'argent à la Bourse, puis se fourvoie dans différents petits boulots... Quatre portraits assez fins, insérés dans une trame minimaliste mais bien tissée, jamais ennuyeuse. Au fil du récit, on songe de plus en plus à Yi Yi, du Taïwanais Edward Yang. Les deux films sont de jolies chroniques asiatiques, douces-amères, parfois cocasses, toujours pudiques, et animées par deux gamins qui ont chacun leur obsession : dans Yi Yi, le garçon ne cesse de prendre en photo la nuque des gens, pour leur montrer une partie d'eux-mêmes qu'ils ne connaissent pas ; dans Ilo Ilo, Jiale collecte les résultats du Loto pour trouver une logique, un ordre (dans un monde qui doit lui en sembler dépourvu).
Ilo Ilo a obtenu la Caméra d'or au festival de Cannes 2013.

Frédéric Viaux (film vu le 07/09/2013 sur grand écran)

Bande-annonce ou extrait

Laissez votre commentaire sur ce film

Votre avis sera publié après soumission à modération.

Nom ou pseudo : (*)
Email :
Votre avis :
(*)
Il vous reste caractères
Code de sécurité :
lettrelettrelettrelettre
(*)
(*) Zones obligatoires