QuelquesFilms.com

Présentation du film

Titre françaisJimmy P. - Psychothérapie d'un Indien des plaines
Titre originalJimmy P. - Psychothérapie d'un Indien des plaines
Résumé Indien Blackfoot, Jimmy Picard a servi dans l'armée US en France, à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Il est revenu avec une blessure à la tête. Trois ans plus tard, en 1948, Jimmy souffre toujours de migraines et d'hallucinations. Il est admis à l'hôpital militaire de Topeka (Kansas). Les examens physiques ne donnant rien, les médecins envisagent une schizophrénie, sans être sûrs de leur diagnostic. Ils font alors appel à un ethnopsychanalyste français, Georges Devereux.
ActeursBenicio Del Toro, Mathieu Amalric, Gina McKee, Larry Pine, Joseph Cross, Elya Baskin, Michelle Thrush, Misty Upham, Jennifer Podemski, Adolph Larrue Martinez, Gary Farmer
Réalisateur(s)ARNAUD DESPLECHIN
Critique ** Desplechin a toujours été attiré par la psychanalyse qui a influencé plus ou moins tous ses films. Là, il en fait le sujet même de ce Jimmy P., sa première réalisation aux États-Unis, qui peut se résumer à une longue série de conversations analytiques. Conversations reprises du bouquin même de Georges Devereux, Psychothérapie d'un Indien des Plaines. Considéré comme l'un des pionniers de l'ethnopsychanalyse, après avoir été marginalisé par les institutions anthropologiques ou psychanalytiques, Devereux aurait mérité un biopic complet : sa naissance dans une province austro-hongroise, au sein d'une famille juive, sous le nom de György Dobo ; son baptême catholique en France, en 1933, suivi d'un changement de nom ; son exil aux États-Unis et sa naturalisation en 1941 ; tout cela rythmé par l'apprentissage de nombreuses langues, une série de voyages et d'immersions complètes en terres inconnues, une assimilation et une appropriation des théories anthropologiques et psychanalytiques... Bref, un film reste à faire sur la vie de cet intellectuel aventurier. Desplechin nous en offre déjà un épisode intéressant, fondateur d'un point de vue scientifique, mais pas seulement. La confrontation entre Devereux et Picard donne la matière d'une relation humaine singulière. Avec à la clé une belle approche de l'altérité, au-delà des différences culturelles, sociales, religieuses. Aussi différents soient ces deux personnages, Desplechin les réunit dans un mouvement parallèle d'affirmation de soi : d'un côté, Picard apprend à se connaître, à révéler et à dompter un passé refoulé, pour devenir maître de son présent et envisager l'avenir ; de l'autre, Devereux cherche à faire reconnaître son savoir, ses compétences, et à gagner sa place dans le monde psychiatrique. Au-delà de ce double enjeu, le film séduit plus basiquement par sa mécanique narrative, qui lève le voile progressivement sur des moments marquants de la vie de Jimmy Picard et suit son évolution en tant que patient (la transition entre certaines étapes de son cheminement est tout de même parfois rapide, surtout vers la fin du film). Cette reconstitution façon puzzle, le réalisateur a su la rendre captivante avec un minimum d'effets : quelques reconstitutions du passé, quelques visualisations de rêves, mais surtout une mise en scène habile des dialogues. Réalisation classique pour un sujet original. L'efficacité est au rendez-vous, sans toutefois toucher la corde sensible. Là est peut-être la limite de ce film qui se présente comme le récit d'une amitié mais qui met finalement peu l'accent sur les sentiments derrière l'analyse. La distance entre le psy et son patient se retrouve aussi un peu entre l'écran et le spectateur. En laissant transpirer un peu plus d'empathie, ce film dense et intelligent sur les "blessures de l'âme" aurait pu atteindre une autre dimension.
Musique : Howard Shore.
À noter la présence curieuse dans le casting d'Adolph Larrue Martinez, qui jouait le rôle de Cruz dans la série Santa Barbara.

Frédéric Viaux (film vu le 11/09/2013 sur grand écran)

Bande-annonce ou extrait

Laissez votre commentaire sur ce film

Votre avis sera publié après soumission à modération.

Nom ou pseudo : (*)
Email :
Votre avis :
(*)
Il vous reste caractères
Code de sécurité :
lettrelettrelettrelettre
(*)
(*) Zones obligatoires