QuelquesFilms.com

Présentation du film

Titre françaisZero Theorem
Titre originalThe Zero Theorem
Résumé Leth Qohen est un informaticien en pleine crise : existentielle (il dit "nous" au lieu de "je"), métaphysique (il attend un mystérieux "appel"), sociale (il vit plus ou moins reclus dans une ancienne église et craint tout contact humain, notamment physique). Ses angoisses le poussent à demander à son employeur de pouvoir travailler à domicile. On lui confie alors la mission d'élaborer le théorème zéro qui doit prouver que tout est né du chaos et que tout y retourne...
ActeursChristoph Waltz, Mélanie Thierry, Lucas Hedges, David Thewlis, Matt Damon, Tilda Swinton, Ben Whishaw, Peter Stormare, Sanjeev Bhaskar, Dana Rogoz
Réalisateur(s)TERRY GILLIAM
Critique ** Terry Gilliam renoue avec la science-fiction, tendance métaphysique, pour offrir un drôle de trip dont il a le secret, ambitieux et délirant. Sur la forme, cela donne un mix d'éléments futuristes bariolés et d'inspiration néogothique (le superbe décor de l'église, le long manteau noir de Leth), agrémentés d'effets spéciaux un peu kitsch (les visions du néant). Sur le fond, le réalisateur s'engouffre dans la SF pour développer trois dimensions. 1, la critique sociale, via la peinture d'un futur qui accentue les dérives de notre présent : travail aliénant, monde orwellien sous surveillance permanente, déshumanisation des rapports humains, solitude... 2, la réflexion philosophique, via les éternelles questions sur l'existence de Dieu, le sens de la vie, la dialectique de l'ordre et du chaos... 3, une romance postmoderne, qui se noue et se dénoue entre réalité et virtualité. Tout cela est secoué bien fort dans l'imaginaire foisonnant de Gilliam, qui navigue toujours entre raison et folie, et servi bien frappé par un excellent casting : Christoph Waltz, halluciné et hallucinant, une fois n'est pas coutume dans un premier rôle ; Mélanie Thierry, surprenante et convaincante en "objet sexuel", et semble-t-il à l'aise au coeur d'une production anglophone ; David Thewlis et Tilda Swinton, dans des rôles secondaires bien azimutés ; et Matt Damon, irrésistible en "boss" insaisissable, affublé de costumes "caméléon". Côté scénario, on ne retrouve malheureusement pas le parfait tissage de Brazil, entre cauchemar absurde et logique implacable. La petite cuisine métaphorico-métaphysique de Gilliam apparaît parfois un peu fumeuse et pas forcément bien cuite au final, mais il y a suffisamment de bons morceaux à l'intérieur, suffisamment de piment pour que l'on reste en appétit tout au long du film.

Frédéric Viaux (film vu le 20/09/2013 sur grand écran - Festival de San Sebastián 2013)

Bande-annonce ou extrait

Laissez votre commentaire sur ce film

Votre avis sera publié après soumission à modération.

Nom ou pseudo : (*)
Email :
Votre avis :
(*)
Il vous reste caractères
Code de sécurité :
lettrelettrelettrelettre
(*)
(*) Zones obligatoires