QuelquesFilms.com

Présentation du film

Titre françaisPelo Malo
Titre originalPelo Malo
Résumé Junior, petit Vénézuélien de 9 ans, vit dans une cité pauvre. Sa mère peine à élever ses deux enfants depuis la mort de son compagnon et la perte de son boulot d'agent de sécurité. Quelques jours avant la rentrée scolaire, Junior doit faire une photo pour laquelle il souhaite se déguiser en chanteur et surtout se lisser les cheveux, lui qui les a crépus. Cette obsession capillaire a le don d'énerver sa mère qui ne lui donne pas l'argent pour la photo et qui le rejette de plus en plus...
ActeursSamuel Lange Zambrano, Samantha Castillo, Nelly Ramos, Beto Benites, María Emilia Sulbarán
Réalisateur(s)MARIANA RONDÓN
Critique ** Pelo Malo, "Mauvais Cheveux" en français. Titre étrange a priori, mais tout est dans ce titre et dans la symbolique qu'il revêt. "Mauvais cheveux" : on songe d'abord à une caractéristique physique discriminante pour le gamin au centre de l'histoire, discriminante sur le plan racial (le père de Junior était noir). Mais non. Ces "mauvais cheveux" cristallisent en fait toutes les difficultés d'une relation mère-fils et concentrent un enjeu affectif aussi cruel que pathétique. Là est l'originalité de ce film intelligemment tissé. Au-delà des volontés qui s'opposent autour de ces cheveux problématiques (Junior veut les avoir longs et lisses ; sa mère veut les voir coupés), ce sont deux mouvements douloureusement contradictoires qui se dessinent. On devine peu à peu que Junior, via ses nombreuses tentatives de lissage capillaire (naïves et parfois drôles), désire moins ressembler à une quelconque idole de la chanson qu'à sa mère, dans un geste éperdu de recherche d'affection et d'amour. Un mouvement de rapprochement contrecarré par l'attitude de plus en plus dure et distante de la mère, dont on découvre, un peu avec stupéfaction, l'explication : la peur d'une féminisation de son fils, qui se traduit par une crise homophobe, où se mêle mépris et hantise de l'avenir (la vie difficile promise à un homosexuel dans la société vénézuélienne), là où la grand-mère de Junior voit inversement une chance, celle d'échapper à l'embrigadement dans les gangs et donc aux dangers de mort. Les "mauvais cheveux", c'est donc un peu le "mauvais genre" pour une mère qui se fourvoie dans une entreprise maladroite et violente de "revirilisation" de son fils.
Drame de l'incompréhension, tout empreint de désamour et d'amertume (le dénouement de l'histoire et la saynète intégrée dans le générique de fin sont assez terribles), Pelo Malo est aussi, plus largement, un miroir social qui montre, par petits fragments, ce qu'est le Venezuela aujourd'hui : pauvreté, chômage, violence urbaine, préjugés liberticides, mais aussi fascination futile pour les concours de beauté... Un pays où le viol dans les cours d'immeubles est un sujet de conversation commun, même chez les enfants. Un pays où l'on peut être à la fois nourrice et prostituée. Sans tomber dans la démonstration ou le jugement moral, la réalisatrice Mariana Rondón propose un regard intéressant, qui conjugue réalisme social, finesse psychologique et qualités graphiques. Une bonne découverte.
À noter enfin que le casting est bien inspiré, avec notamment dans le rôle principal un gamin dont la beauté colle parfaitement au personnage et à l'ambiguïté du regard que l'on porte sur lui.
Concha de oro au festival de San Sebastián 2013.

Frédéric Viaux (film vu le 21/09/2013 sur grand écran - Festival de San Sebastián 2013)

Bande-annonce ou extrait

Laissez votre commentaire sur ce film

Votre avis sera publié après soumission à modération.

Nom ou pseudo : (*)
Email :
Votre avis :
(*)
Il vous reste caractères
Code de sécurité :
lettrelettrelettrelettre
(*)
(*) Zones obligatoires