QuelquesFilms.com

Présentation du film

Titre françaisPrisoners
Titre originalPrisoners
Résumé Un jour de Thanksgiving, dans une petite ville des États-Unis. Deux familles amies et voisines se réunissent. Durant l'après-midi, Anna et Joy, les plus jeunes enfants des deux familles, disparaissent. La police interpelle rapidement le conducteur d'un camping-car aperçu dans les parages lors de l'enlèvement. Alex Jones est arrêté puis relâché, faute de preuve. Mais le père d'une des fillettes kidnappées est persuadé de sa culpabilité et décide d'employer la manière forte pour le faire parler.
ActeursHugh Jackman, Jake Gyllenhaal, Maria Bello, Terrence Howard, Viola Davis, Paul Dano, Melissa Leo, David Dastmalchian, Dylan Minnette, Zoe Borde, Wayne Duvall, Len Cariou
Réalisateur(s)DENIS VILLENEUVE
Critique *** Prisoners est certainement l'un des polars-thrillers les plus convaincants de ces derniers temps. Pas le plus original, loin de là. Mais l'un des plus maîtrisés, intelligents et troublants. Sur le plan thématique comme sur le plan formel, c'est en effet du classique pur jus : kidnapping d'enfants, enquête menée en parallèle par un père et par un policier, fausses pistes et révélation finale, dans un cadre urbain hivernal aux tons gris pluvieux ou marron boueux (bon travail à la photo de Roger Deakins). Du classique, donc, mais du classique particulièrement bien ficelé (le puzzle dramatique, dans sa construction, est remarquable) et surtout enrichi, approfondi, en matière d'ancrage social et d'enjeux moraux.
Prisoners brosse un tableau très juste de l'Amérique moyenne et de ses valeurs, entre la bible et le fusil, entre le patriarcat et le patriotisme. Le film s'ouvre sur une prière et une scène de chasse, suivies d'une discussion entre père et fils. Tout est dit dans cette séquence d'exposition : prégnance de la religion catholique, réflexion manichéenne en termes de Bien et de Mal, protection de la famille dans une logique de survie et d'auto-défense, et donc obsession sécuritaire. La suite du film illustrera et déstabilisera ces fondements sociétaux, avançant lentement mais sûrement sur la corde raide de l'ambiguïté morale, entre des conceptions opposées de la justice et du droit. Prisoners synthétise ainsi les dérives possibles d'une justice individuelle en marge de la justice collective, les dérives aussi d'une religiosité exacerbée (comme en témoignent les motivations à l'origine du drame). Bref, les dérives d'un certain american way of life. Prisoners constitue par ailleurs un drame des figures protectrices que sont, dans la société US, les figures du père et du flic. Deux archétypes sociaux (et deux archétypes majeurs du cinéma US) dont la capacité à assumer leur rôle est ici remise en cause. La femme du personnage de Hugh Jackman pointe la défaillance de son mari, ce dernier pointant la défaillance du flic (Jake Gyllenhaal). Ce sont les deux piliers d'une nation qui vacillent...
Au-delà du polar-thriller (très réussi, sans artifice ronflant ni pathos), Prisoners est donc le drame d'une Amérique confrontée à ses propres démons, ses paradoxes, sa fragilité, sa crise de confiance. S'appuyant sur deux bons acteurs (Jake Gyllenhaal, mystérieusement placide et accablé, volant presque la vedette à Hugh Jackman, intense mais plus convenu), Denis Villeneuve brode un canevas riche et complexe sur la légitimité d'action, entre pulsions émotionnelles et raison. Il distille, outre un suspense savamment dosé, un puissant malaise autour de la question de la monstruosité, de la confusion entre victime et bourreau, de la "sauvagerie des honnêtes gens". Le réalisateur tranche-t-il, sur le plan moral, à la fin du film ? On peut voir dans les dernières images et les derniers sons une hypothèse de salut pour l'un des personnages du film. Mais c'est aussi une façon subtile de ramener ce personnage vers les hommes et leur justice, de ne pas conclure sur l'ambiguïté d'un mauvais concours de circonstances ou d'un possible châtiment divin...
Coproducteur exécutif : Mark Wahlberg.

Frédéric Viaux (film vu le 17/10/2013 sur grand écran)

Bande-annonce ou extrait

Laissez votre commentaire sur ce film

Vos avis (1)

De nol - 07/09/2014
Entrer dans le film en version DVD et sur canapé ! On oublie le canapé à force de gigoter. Un film troublant oui et ce regard sur une société qui semble considérer la violence comme "matière" positive ! L'usage de la force est exposé comme une valeur et les autres valeurs vacillent ! Un film qui scrute et ne cesse d'interroger ! Un voyage sombre et une magnifique descente dans les émotions...

Laissez votre commentaire sur ce film

Votre avis sera publié après soumission à modération.

Nom ou pseudo : (*)
Email :
Votre avis :
(*)
Il vous reste caractères
Code de sécurité :
lettrelettrelettrelettre
(*)
(*) Zones obligatoires