QuelquesFilms.com

Présentation du film

Titre françaisMikey et Nicky
Titre originalMikey and Nicky
Résumé Nicky se cache dans une chambre d'hôtel à New York, persuadé d'être recherché par un tueur à gages, après avoir fait un mauvais coup. Il appelle son meilleur ami, Mikey, pour qu'il le sorte de cette mauvaise situation. Mais peut-il vraiment avoir confiance en Mikey ?
ActeursJohn Cassavetes, Peter Falk, Ned Beatty, Rose Arrick, Carol Grace, William Hickey, Sanford Meisner, Joyce Van Patten, M. Emmet Walsh
Réalisateur(s)ELAINE MAY
Critique ** Du cinéma brut, au plus près des hommes, de leurs angoisses, de leurs névroses. Des acteurs en mode "improvisation", filmés à l'arrache. On est dans un pur produit du Nouvel Hollywood, totalement sous influence de John Cassavetes qui joue l'un des deux rôles principaux (avec l'un de ses compères de toujours, Peter Falk) et a aussi manifestement joué un rôle de Pygmalion auprès d'Elaine May, en l'orientant vers un certain mode opératoire durant le tournage et vers une certaine exigence stylistique. Une certaine liberté créatrice aussi, qui s'est heurtée à l'époque au pouvoir de la Paramount. Tourné en 1973, le film est resté longtemps en montage, objet de conflit entre la réalisatrice et le studio. Il a fini par sortir en 1976 dans une version reniée par Elaine May, laquelle devra attendre dix ans pour pouvoir montrer le "director's cut".
Au final, ce long-métrage présente les qualités et les défauts de la mouvance auquel il appartient : belle intensité nerveuse, magie réaliste de quelques moments de vie saisis sur le vif, drôles ou déchirants, grands numéros d'acteurs, mais aussi image cradingue, construction un peu foutraque, niveau inégal, quelques longueurs... La force de l'histoire et ses accents de film noir l'emportent cependant, avec une tension constante autour des questions d'amitié et de trahison.
Mikey et Nicky est un film rare d'une réalisatrice à la carrière hétéroclite. Compagne de Mike Nichols, Elaine May a d'abord oeuvré avec lui dans un registre comique, sur scène, notamment à Broadway. Puis, à partir des années 1960, elle s'est tournée vers le cinéma en tant qu'actrice (notamment dans des films peu connus de Carl Reiner ou Clive Donner) ou réalisatrice (quatre films à son actif : A New Leaf, 1971 ; Le Brise-Coeur, 1972 ; Mikey et Nicky, 1976 ; et Ishtar, 1987, dont le bide commercial a sonné le glas de ses aventures derrière la caméra, malgré un casting de choc : Isabelle Adjani, Warren Beatty, Dustin Hoffman). Elle a également été scénariste, parfois sous le nom d'Esther Dale, pour ses films ou pour ceux d'Otto Preminger (Le ciel peut attendre), de Mike Nichols (Birdcage, Primary Colors) et de quelques autres. Elaine May a fait un petit come-back devant la caméra en 2000, sous la direction de Woody Allen, dans Escrocs mais pas trop.

Frédéric Viaux (film vu le 07/07/2007 sur grand écran)

Bande-annonce ou extrait


MIKEY AND NICKY - Bande-annonce VO par CoteCine

Laissez votre commentaire sur ce film

Votre avis sera publié après soumission à modération.

Nom ou pseudo : (*)
Email :
Votre avis :
(*)
Il vous reste caractères
Code de sécurité :
lettrelettrelettrelettre
(*)
(*) Zones obligatoires