QuelquesFilms.com

Présentation du film

Titre françaisFemme douce (Une)
Titre originalUne Femme douce
Résumé C'était une femme douce... et triste. Elle s'est suicidée en se jetant du balcon d'un appartement parisien. Auprès du corps de la défunte, et en compagnie de la domestique du foyer, le mari se remémore à haute voix la vie avec son épouse : leur rencontre, leur mariage, sa jalousie à lui, son dépérissement à elle. Et ce silence qui s'était installé entre eux...
ActeursDominique Sanda, Guy Frangin, Jane Lobre, Claude Ollier, Jacques Kébadian
Réalisateur(s)ROBERT BRESSON
Critique * Heureusement que le fond de l'histoire (tiré d'une nouvelle de Dostoïevski, La Douce, 1876) est touchant. L'histoire d'une jeune femme étouffée par le matérialisme, le conformisme, la jalousie, l'amour-prison de son mari, elle dont la pauvreté lui a fait faire le choix du confort et de la sécurité, elle qui aspirait pourtant à quelque chose de "plus large", elle qui s'est figée entre rébellion et soumission, elle qui est passée du tutoiement au vouvoiement de son mari... Heureusement aussi qu'il y a Dominique Sanda dont la présence et le regard ont quelque chose de déchirant. C'était son premier rôle au cinéma. Sans être encore très sûre d'elle et dirigée trop strictement par Bresson, l'actrice parvient à exprimer la douceur et la douleur de son personnage avec une lumière certes pâle, mais qui suffit à percer le dispositif volontairement atone du cinéaste. En revanche, point de salut lorsque que Guy Frangin (le mari) apparaît à l'écran.
Le dispositif stylistique de Bresson dans la seconde partie de sa carrière (après une première partie reniée, comprenant des films comme Les Anges du péché, Les Dames du bois de Boulogne, Journal d'un curé de campagne...), c'est une recherche rigoureuse d'images "aplaties", "insignifiantes", et de "voix blanches" que font entendre des acteurs non professionnels (Dominique Sanda a d'ailleurs été recrutée pour ce film après une simple conversation téléphonique). Bref, une austérité monolithique devant constituer un "mur" qui protège des "vulgarités du cinéma" et sauve en quelque sorte la pureté du "cinématographe". Bresson a bien disserté sur sa philosophie dans ses Notes sur le cinématographe (1975). On a le droit de trouver cette posture d'ascète, perché dans les hauteurs de sa pensée théorique, à la fois prétentieuse et paradoxalement anticinématographique. Dans Une Femme douce, la mise en scène, les dialogues et l'interprétation sont d'une raideur terrible et manquent cruellement de naturel. Ce qui dessert la force émotionnelle de l'histoire. L'utilisation de la voix-off, omniprésente, semble aussi difficilement compatible avec l'expression et l'appréhension du silence qui s'abat progressivement sur le mal-être du couple... Enfin, les problèmes techniques (postsynchronisation approximative, mauvais raccords d'images) n'arrangent rien à la tenue de l'ensemble. Compte tenu de la sensibilité du scénario, toute cette mise en forme est d'autant plus frustrante.

Frédéric Viaux (film vu le 19/11/2013 sur grand écran)

Bande-annonce ou extrait


UNE FEMME DOUCE - Bande-annonce VF par CoteCine

Laissez votre commentaire sur ce film

Votre avis sera publié après soumission à modération.

Nom ou pseudo : (*)
Email :
Votre avis :
(*)
Il vous reste caractères
Code de sécurité :
lettrelettrelettrelettre
(*)
(*) Zones obligatoires