QuelquesFilms.com

Présentation du film

Titre françaisIncendies
Titre originalIncendies
Résumé À la mort de leur mère, au Canada, les jumeaux Jeanne et Simon reçoivent d'un notaire deux lettres de la défunte : l'une à remettre à leur père, qu'ils croyaient mort, l'autre à un frère dont ils apprennent l'existence. À eux de retrouver ces deux hommes en plongeant dans l'histoire familiale. Simon refuse de participer aux "fantaisies" posthumes de sa mère, mais Jeanne prend la direction d'un pays du Moyen-Orient pour raviver un passé dont elle est loin de se douter, sur fond de guerre civile.
ActeursLubna Azabal, Mélissa Désormeaux-Poulin, Maxim Gaudette, Rémy Girard, Abdelghafour Elaaziz, Allen Altman, Mohamed Majd, Nabil Sawalha, Baya Belal, Majida Hussein
Réalisateur(s)DENIS VILLENEUVE
Critique ** Quatrième long-métrage de Denis Villeneuve (après Un 32 août sur terre, Maelström et Polytechnique), Incendies a offert au cinéaste canadien une reconnaissance internationale, ponctuée par une nomination à l'Oscar du meilleur film étranger. Ce film lui a aussi ouvert les portes de Hollywood où il a réalisé ensuite le très bon Prisoners (avec Hugh Jackman et Jake Gyllenhaal).
Incendies est l'adaptation d'une pièce de Wajdi Mouawad, dramaturge d'origine libanaise, exilé au Québec et vivant aujourd'hui en France. L'histoire se déroule en grande partie dans un pays du Moyen-Orient, jamais nommé, mais que l'on peut assimiler au Liban. Il est question de massacres de camps de réfugiés, d'un conflit entre chrétiens et musulmans qui tourne à la guerre civile, avec une escalade d'actes terroristes et de représailles. C'est dans ce contexte déchirant que se noue le drame du film, une enquête sur les secrets d'une femme, les secrets d'une famille, doublée de la quête identitaire, douloureuse, de deux jeunes adultes.
Le manque (volontaire) de repères géographiques, historiques, politiques, le flou entretenu sur les opposants et les enjeux de la guerre civile, ainsi que les revirements d'engagement du personnage interprété par Lubna Azabal (excellente) sont assez déstabilisants au début. On s'y perd un peu. En même temps, on avance au rythme d'enquête et de découverte d'une jeune Québécoise perdue au Moyen-Orient, sans grande connaissance a priori des territoires visités. Ce "flottement" peut donc être cohérent. Quoi qu'il en soit, à défaut de compréhension de l'histoire collective, on est vite capté par l'intensité des histoires individuelles. Grâce à un montage parallèle très intelligent, entre présent et passé, Denis Villeneuve développe une vraie puissance narrative, levant progressivement les voiles de son histoire, à coups de scènes violentes et de révélations terribles. On peut trouver un peu "gros" ce canevas oedipien de néo-tragédie grecque en terres moyen-orientales. Il n'en est pas moins très efficace, très troublant aussi sur un plan émotionnel, en mêlant inextricablement les rôles de bourreau et de victime. Formellement, le réalisateur aurait juste pu éviter quelques effets lyriques qui rompent avec le réalisme de l'ensemble (la chanson de Radiohead, quelques ralentis) et aussi mieux choisir son casting pour que les filiations et les différences d'âge des protagonistes soient plus vraisemblables.

Frédéric Viaux (film vu le 20/11/2013 sur petit écran)

Bande-annonce ou extrait

Laissez votre commentaire sur ce film

Votre avis sera publié après soumission à modération.

Nom ou pseudo : (*)
Email :
Votre avis :
(*)
Il vous reste caractères
Code de sécurité :
lettrelettrelettrelettre
(*)
(*) Zones obligatoires