QuelquesFilms.com

Présentation du film

Titre françaisNoblesse oblige
Titre originalKind Hearts and Coronets
Résumé À la veille de son exécution, Louis d'Ascoyne Mazzini rédige ses Mémoires. Il y raconte dans le détail les quelques crimes qu'il a commis au sein de sa famille, afin de venger sa mère défunte, aristocrate reniée pour avoir épousé un roturier, et afin d'hériter du titre de duc qui lui était dû. Un titre auquel il ne pouvait accéder qu'après la mort de huit autres prétendants mieux placés que lui dans l'échelle de la succession...
ActeursDennis Price, Alec Guinness, Valerie Hobson, Joan Greenwood, Audrey Fildes, Clive Morton, John Penrose, Cecil Ramage, Hugh Griffith
Réalisateur(s)ROBERT HAMER
Critique *** Portrait savoureux d'un serial killer arriviste, aussi pervers que flegmatique, peinture caustique de l'aristocratie de l'Angleterre victorienne, narration enlevée, où l'élégance du verbe se conjugue à un humour noir, un cynisme allègre, une touche de non-sens... Tout cela ponctué par une ironie finale assez jubilatoire. Ce film, adapté d'un texte de Roy Horniman, est une petite perle de la comédie anglaise. Et un gros succès public de l'époque. Coscénariste et réalisateur, Robert Hamer connaissait à cette occasion l'unique heure de gloire de sa carrière, lui l'auteur d'une dizaine d'autres films plus ou moins passés aux oubliettes de l'histoire du cinéma. Noblesse oblige est aussi connu et reconnu pour la performance d'Alec Guinness qui interprète la bagatelle de huit rôles (sept hommes et une femme). Compositions ambitieuses et réussies pour un acteur qui n'en était qu'à son troisième long-métrage de cinéma, après Les Grandes Espérances et Oliver Twist (deux films de David Lean, 1946 et 1948).
Le titre original de cette comédie, Kind Hearts and Coronets, fait écho à un poème d'Alfred Lord Tennyson, "Lady Clara Vere de Vere", où l'on peut lire : "Kind hearts are more than coronets, / And simple faith than Norman blood" (Les coeurs purs sont au-dessus des couronnes, / comme la fidélité au-dessus du sang normand).

Frédéric Viaux (film vu le 28/06/2005 sur grand écran)

Bande-annonce ou extrait

Laissez votre commentaire sur ce film

Vos avis (1)

De Didier - 07/02/2016
Cet immoral conte moral, enrobé d'humour, se présente d'abord comme un ensemble de variations sur le snobisme aristocratique. Le réalisateur s'est employé de façon judicieuse à fustiger les moeurs d'une famille noble qui tombe en décrépitude, à travers une série d'expressions grotesques et hilarantes. L'humour noir, qui était la spécialité du cinéma anglais et qui baigne tout le film, est succulent à souhait ; on y décèle un ton féroce où aucun personnage n'échappe au jeu de massacre ; c'est un joli festival d'insolence qui joue diaboliquement sur le charme des vieilles dentelles et sur la mise en pièces de ce charme. Mais le film reste surtout célèbre pour un exploit de comédien : celui d'Alec Guinness dont c'était seulement le troisième film en tant qu'interprète principal, qui endosse huit rôles en jouant tous les membres d'une famille, dressant ainsi des portraits savoureux. Un véritable joyau de l'humour british, un subtil mélange de satire sociale, de cynisme, de malice et de cruauté.

Laissez votre commentaire sur ce film

Votre avis sera publié après soumission à modération.

Nom ou pseudo : (*)
Email :
Votre avis :
(*)
Il vous reste caractères
Code de sécurité :
lettrelettrelettrelettre
(*)
(*) Zones obligatoires