QuelquesFilms.com

Présentation du film

Titre françaisTel Père, tel fils
Titre originalSoshite chichi ni naru
Résumé Ryota Nonomiya est un architecte overbooké. Il consacre peu de temps à sa famille, mais se montre très exigeant quant à l'éducation de son fils de 6 ans, Keita : discipline de fer, leçons de piano, cours du soir pour intégrer une grande école privée... Un jour, Ryota et son épouse apprennent que Keita n'est pas leur enfant biologique, qu'il y a eu une inversion à la maternité. Des rencontres ont lieu avec la famille qui a élevé leur fils. Puis la question de l'échange se pose... Douloureusement.
ActeursMasaharu Fukuyama, Machiko Ono, Lily Franky, Yoko Maki, Keita Ninomiya, Shogen Hwang, Kirin Kiki, Isao Natsuyagi, Jun Fubuki, Jun Kunimura
Réalisateur(s)HIROKAZU KORE-EDA
Critique ** Avec son intelligence et sa sensibilité habituelles, Kore-Eda brode une double chronique familiale, intime, profonde, à la fois douce et cruelle. En allant d'une famille à l'autre, en confrontant des approches différentes de la paternité, le réalisateur développe deux problématiques : la filiation, à travers un questionnement sur la primauté ou non des liens du sang sur les liens de la vie commune, un questionnement sur la notion de transmission et de partage ; et puis l'éducation qui fait écho à des enjeux et des fondements sociétaux, tiraillée entre un culte moderne de la réussite, au prix d'un certain rigorisme et d'une certaine froideur, et des valeurs traditionnelles qui "sacralisent" les liens familiaux, depuis le respect porté aux aïeux jusqu'à l'union entre parents et enfants. Kore-Eda n'évite pas un certain schématisme dans l'opposition des classes sociales, via l'opposition des deux figures paternelles : le riche architecte guindé, sévère et distant ; le gentil prolo, cool, qui joue et prend ses bains avec ses enfants. On peut trouver aussi le traitement du sujet un rien trop classique, voire moral. Mais dans son parti pris de délicatesse, de pudeur, le film est vraiment réussi. Il témoigne de la grande maîtrise et de la grande élégance du cinéaste en matière de narration et de direction d'acteurs, toujours très juste notamment dans l'attention qu'il porte, de film en film, aux expressions des enfants.
Prix du jury au festival de Cannes 2013.

Frédéric Viaux (film vu le 25/12/2013 sur grand écran)

Bande-annonce ou extrait

Laissez votre commentaire sur ce film

Votre avis sera publié après soumission à modération.

Nom ou pseudo : (*)
Email :
Votre avis :
(*)
Il vous reste caractères
Code de sécurité :
lettrelettrelettrelettre
(*)
(*) Zones obligatoires