QuelquesFilms.com

Présentation du film

Titre françaisQu'est-il arrivé à Baby Jane ?
Titre originalWhat Ever Happened to Baby Jane?
Résumé On la connaissait sous le nom de Baby Jane. C'était une enfant-star du music-hall dans les années 1920. Sa célébrité fut ensuite éclipsée par celle de sa soeur Blanche, actrice à Hollywood. Mais la carrière de Blanche fut brisée par un accident de voiture, apparemment causé par Jane, qui la laissa paralysée à vie. Les années ont passé. Les deux soeurs, désormais âgées, vivent ensemble dans une grande maison, l'une sous la dépendance de l'autre, dans un climat de rancoeur et de névrose...
ActeursBette Davis, Joan Crawford, Victor Buono, Wesley Addy, Marjorie Bennett, Maidie Norman, Anna Lee, Barbara Merrill, Anne Barton, Dave Willock
Réalisateur(s)ROBERT ALDRICH
Critique *** Jalousie exacerbée, maltraitance sadique, voyage cruel vers la folie... Qu'est-il arrivé à Baby Jane est un film monstrueux, interprété par deux anciens monstres sacrés (ou deux "vieilles biques" sur le déclin, selon un producteur de l'époque), Bette Davis et Joan Crawford, qui n'ont pas eu besoin de se forcer pour s'affronter devant la caméra, tant elles se détestaient dans la vraie vie... Ce film de "freaks" s'inscrit par ailleurs au coeur de la trilogie sur le cinéma de Robert Aldrich, succédant au Grand Couteau (1955) et précédant Le Démon des femmes (1968). Une trilogie très critique à l'égard de Hollywood, marquée par une certaine violence et une certaine outrance, pas toujours très heureuses. Cet opus ne déroge pas à cette constante, puisque le drame psychologique, lorgnant vers le thriller voire l'épouvante, n'est pas loin de grand-guignolesque parfois. Il n'en demeure pas moins marquant et assez tétanisant. Il y a quelque chose d'indiciblement malsain, ambigu et fascinant dans ce rapport de force féminin. La méchanceté haineuse du "bourreau" et la retenue timorée de la "victime" sont troublantes. La complexité psychologique de leurs rapports est savamment développée en huis clos (ou presque) par Robert Aldrich, au gré de révélations sur le passé et d'événements présents qui font monter crescendo la tension, jusqu'à un dénouement qui nuance terriblement les données manichéennes du drame. Difficile d'oublier la dernière scène du film, la chanson de Baby Jane, vieille femme restée enfant, psychopathe, terrifiante, touchante. Bette Davis trouvait là le rôle le plus halluciné et hallucinant de sa carrière. Robert Aldrich, quant à lui, trouva dans ce film l'occasion de relancer sa carrière après quelques ratés. Le succès fut critique et public aux États-Unis.
Oscar des meilleurs costumes en 1963.
Si l'on veut rester dans l'esprit du film, on peut poursuivre notamment avec Qui a peur de Virginia Woolf ? (de Mike Nichols), pour son côté "règlement de comptes déchirant", et Misery (de Rob Reiner), pour son côté "séquestration sadique".

Frédéric Viaux (film vu le 10/07/1999 sur petit écran)

Bande-annonce ou extrait

Toute l'actu Cinéma est sur Commeaucinema.com

Laissez votre commentaire sur ce film

Votre avis sera publié après soumission à modération.

Nom ou pseudo : (*)
Email :
Votre avis :
(*)
Il vous reste caractères
Code de sécurité :
lettrelettrelettrelettre
(*)
(*) Zones obligatoires