QuelquesFilms.com

Présentation du film

Titre françaisHomme des vallées perdues (L')
Titre originalShane
Résumé Shane, un cow-boy solitaire, arrive dans une ferme de l'Alabama. Il se fait embaucher par le fermier, Joe Starrett, trouble gentiment sa femme et devient le héros de son fils. Cette famille, comme tant d'autres dans la région, est harcelée par un ancien propriétaire terrien qui veut les voir partir. Face aux menaces, Shane tente de rester calme et de ne pas raviver un passé sur lequel il reste discret. Mais il lui faudra user de ses poings et de son pistolet pour aider ces pauvres gens.
ActeursAlan Ladd, Van Heflin, Jean Arthur, Brandon De Wilde, Emile Meyer, Jack Palance, Elisha Cook Jr., Ben Johnson, Edgar Buchanan, Douglas Spencer, John Dierkes, Paul McVey
Réalisateur(s)GEORGE STEVENS
Critique ** Pas de grande chevauchée dans ce western, pas de dimension épique, peu de combats, hormis deux bonnes bastons à mains nues et un gunfight final, assez court. On est plus ici dans une chronique de la vie rurale, qui voit s'affronter deux générations d'immigrés autour de la légitimité de la propriété terrienne. D'un côté, les premiers arrivés, les premiers servis, ceux qui ont chassé les Indiens pour s'installer ; de l'autre, les colons officiels, qui ont reçu du gouvernement une concession sur des territoires parfois déjà occupés. Adaptant un roman de Jack Schaefer, George Stevens ancre donc son film dans une réalité historique qui est tout aussi importante que le développement de l'action et le divertissement. Il fait s'opposer deux expressions du rêve américain dans un scénario qui n'est pas aussi manichéen que l'on a pu parfois le dire. Et pas aussi classique que cela, donc, sur le fond. Mais très classique sur la forme, ça oui. Stevens avance linéairement, sans surprise, dans son récit. C'est plutôt lent. C'est toutefois maîtrisé et d'une certaine élégance dans la gestion des nuits américaines qui donnent au film un côté crépusculaire et vaguement mélancolique à la fin, en concordance avec la caractérisation du personnage principal (interprété par le très bien coiffé Alan Ladd). Un personnage qui vit ses dons de fine gâchette comme une malédiction, le condamnant à une solitude et à une errance éternelles, dans un cadre de nature magnifique (merci le Technicolor), qui semble être son seul refuge. Un personnage romantique, en somme.
L'Homme des vallées perdues vaut donc essentiellement pour sa sensibilité, un peu triste, un peu amère, ainsi que pour sa portée historique qui, couplée à celle de deux autres films du réalisateur (Une Place au soleil et Géant), brosse un tableau intéressant des fondements de la civilisation états-unienne. On oubliera le personnage du gamin, assez pénible. On retiendra en revanche celui du tueur campé par un Jack Palance filiforme et ricanant.

Frédéric Viaux (film vu le 31/01/2014 sur petit écran)

Bande-annonce ou extrait

Laissez votre commentaire sur ce film

Vos avis (1)

De Didier - 31/01/2016
Ce western reste légendaire malgré ses défauts car il magnifie littéralement la figure du westerner solitaire, symbolisé par le personnage de Shane incarné par un Alan Ladd alors au sommet de sa gloire. Tout est vu à travers les yeux du jeune garçon, Joey, qui idéalise totalement le héros westernien type, sachant faire parler la poudre quand il le faut. Ce qui fait que toute la jeunesse des années 50 (et même les moins jeunes) ont eu pour Shane les yeux de cet enfant (l'arrivée du héros au début est symbolique de cet état d'esprit). Le western se fait donc ici plus psychologique, sans renier ses codes. Sinon, on peut relever la mollesse de la réalisation et les faiblesses d'un scénario aux grosses ficelles freudiennes. Mais le film reste culte et aura permis de remarquer Jack Palance en tueur sadique aux gants noirs, tout en offrant son plus beau rôle à Alan Ladd.

Laissez votre commentaire sur ce film

Votre avis sera publié après soumission à modération.

Nom ou pseudo : (*)
Email :
Votre avis :
(*)
Il vous reste caractères
Code de sécurité :
lettrelettrelettrelettre
(*)
(*) Zones obligatoires